Les syndicats dénoncent l’augmentation de 5 à 15 % du salaire des secrétaires communaux : «les grades les plus bas n’ont eu que 2 ou 3 %»

CGSP, CSC et SLFP dénoncent dans un communiqué commun l’avant-projet d’ordonnance du gouvernement bruxelloise sur l’augmentation barémique des grades légaux. “Ce n’est pas le moment du tout.

Bernard Clerfayt
Bernard Clerfayt, ministre de la Fonction publique. © BelgaImage

Dans certaines communes, on entend que la prime de fin d’année 2023 ne sera pas octroyée aux agents communaux et à côté, on augmente les plus haut gradés de l’administration.” La pilule passe mal pour les syndicats CGSP, CSC et SLFP. En décembre dernier, lors d’une réunion du Comité C (organe de négociation et de concertation régional, sous l’égide du ministre de la Fonction publique, Bernard Clerfayt), on leur présente un avant-projet d’ordonnance modifiant différentes dispositions de la Nouvelle Loi Communale. Selon les syndicats, cette ordonnance a notamment pour but une augmentation barémique des grades légaux de l’administration communale (secrétaire communal, receveur communal, secrétaire général de CPAS, receveur de CPAS) de 5 à 15 %. Toujours selon les syndicats, cette augmentation serait justifiée par “l’augmentation de la charge de travail des secrétaires communaux” et par le fait “qu’ils n’ont eux non plus pas perçus d’augmentation barémique significative les vingt à trente dernières années.

À lire aussi : Jackpot pour les hauts fonctionnaires bruxellois : «Mais pourquoi fichtre la population n’a-t-elle plus confiance en ses politiques ?»

S’ils trouvent les arguments légitimes, les formations syndicales déplorent que, lors du dernier protocole sur les augmentations des agents communaux, les statuts les moins privilégiés E et D, n’ont bénéficié que de 2 à 3 % d’augmentation alors que leur charge de travail augmente également, notamment à cause d’un manque d’effectif. “En 2021 lors des négociations, on nous avait dit que 2 à 3 % pour les moins favorisés c’était 'à prendre ou à laisser. sans aucune réelle marge de manœuvre”, déplorent-ils. “Maintenant que les travailleurs ordinaires de nos pouvoirs locaux, tous niveaux confondus mais en particulier les plus pauvres et les plus bas salaires, ont le plus grand mal à remplir leur frigo à la fin du mois ou doivent faire leur choix entre payer leur loyer, payer leurs factures ou donner à manger à leur famille, voulez-vous réellement accepter un tel projet d’ordonnance ?

Le projet prévoit une augmentation pour les grades légaux en fonction des communes et du nombre d’habitants qu’elles englobent. C’est Ganshoren et Koekelberg qui en profiteraient le plus avec une augmentation du salaire minimum pour ses grades légaux de 11,29 % et du salaire maximum de 15,38 %. Pour la ville de Bruxelles ce serait une augmentation du salaire minimum de 5,83 % et du maximum de 8,16 %.

Les grades légaux sont à part. On pensait qu’ils étaient des 'A' mais non. Ils n’ont donc pas été pris en compte lors du dernier protocole d’augmentation. Mais ce n’est tout de même pas le moment de les revaloriser, explique Sophie Faut (SLFP). Il y a beaucoup plus de choses à prendre en compte aussi : la situation entre chaque commune varie beaucoup, certains receveurs ou secrétaires ont des adjoints.

La réponse du ministre

Le ministre Bernard Clerfayt répond s’être basé sur la Flandre et la Wallonie, comme pour la revalorisation des autres niveaux. “L’augmentation est plus importante pour les grades légaux parce qu’ils attendent leur revalorisation depuis 20 ans. Pour les E et D, des revalorisations ont eu lieu entre-temps. Pour eux, nous sommes même légèrement au-dessus que nos voisins. Pour les cadres légaux, nous sommes alignés sur la Wallonie principalement puisque la Flandre a fusionné CPAS et communes, changeant donc le salaire des receveurs et secrétaire. En Région bruxelloise, cela n’aura pas un impact budgétaire carabiné puisque cela ne concerne que quelques personnes.

Concernant les timings, la revalorisation salariale des secrétaires communaux ne devrait pas intervenir avant celles des autres niveaux d’agents de l’administration.

Sur le même sujet
Plus d'actualité