5 chiffres pour comprendre la crise migratoire en Belgique en 2022

Le contexte international a poussé la Belgique dans ses retranchements sur l'accueil des demandeurs d'asile.

5 chiffres pour comprendre la crise migratoire en Belgique en 2022
©Belgaimage

L'année 2022 aura été émaillée par de nombreuses polémiques autour de l'accueil des demandeurs d'asiles. Manque de places, délais démesurés, mineurs non-accompagnés livrés à eux-mêmes... Il est temps de comprendre en cinq chiffres les raisons pour lesquelles l'an qui vient de se clôturer a été tristement exceptionnel.

1. 100.000 demandes de protection

En 2022, l'administration a eu à traiter 100.000 demandes de protection. C'est une hausse de 40 % par rapport à 2021. Il s'agit ni plus ni moins d'une année record. Cela s'explique par le contexte international. En plus du retour des Talibans au pouvoir en Afghanistan, la guerre en Ukraine a poussé près de 65.000 Ukrainiens vers la Belgique. Ces derniers ont pu obtenir une protection immédiate et temporaire, sans devoir passer une enquête poussée menée par le Commissariat général des réfugiés et apatrides (CGRA).

2. 37.000 demandes pour obtenir un statut de réfugié

À côté des Ukrainiens, il y a eu les demandes de protection internationale. 37.000 personnes ont introduit une demande en Belgique. Les Afghans, les Syriens et les ressortissants burundais sont parmi les plus nombreux.

3. 11.000 demandes accordées

En 2022, le CGRA a rendu une décision dans 25.000 dossiers. 11.000 demandes de protection ont été attribuées en 2022. Damien Dormaux, porte-parole du Commissariat général aux réfugiés et apatrides commente ces chiffres : « Ce n'est pas parce que les demandes augmentent que nous accédons à davantage de reconnaissance de protection. Tout se réalise dossier par dossier après une enquête approfondie. » Raison pour laquelle si les demandes ont augmenté de 40 %, les décisions positives n'ont pas proportionnellement varié. En 2021, 10.000 personnes obtenaient un statut de réfugié en Belgique.

4. Plus 4.000 places d'accueil 

Fedasil a sensiblement augmenté sa capacité d'accueil en 2022 pour les demandeurs d'asile. Sur ces douze derniers mois, le nombre de places a augmenté de 4.000 unités pour atteindre un total de 33.000 places. Selon les autorités, l'ensemble des mineurs non-accompagnés enregistrés et qui auraient fait la demande seraient pris en charge.

5. Plus de 3.000 personnes livrées à elles-mêmes

L'ouverture de nouvelles places n'a pu que résorber une partie de la demande au niveau de l'accueil des demandeurs d'asile. 3.000 d'entre eux seraient toujours livrés à eux-mêmes. En 2023, pour parvenir à palier à cette problématique majeure, une réforme est sur la table afin de réduire les procédures ce qui devrait permettre de statuer plus rapidement sur les dossiers pendants. Dans le même temps, Fedasil s'engage à poursuivre l'augmentation du nombre de places d'accueil.

Sur le même sujet
Plus d'actualité