Soudoiement et lancers de pierres: le voisin à l'origine de la fermeture du Fuse s'exprime

Le voisin s'est expliqué sur le conflit qu'il a avec le Fuse.

fermeture du fuse
© BelgaImage

Après la plainte pour pollution sonore de son voisin auprès de l'agence gouvernementale Bruxelles-Environnement, le Fuse, célèbre boîte de nuit bruxelloise, a été contrainte de fermer ses portes, au moins temporairement.

Le voisin de la boîte s'est confié à Bruzz sur ce conflit. Ce qu'il veut, c'est moins de nuisances sonores mais pas la fermeture de l'établissement. «Le club ne doit pas fermer ses portes pour moi, je veux juste qu’ils respectent la loi et qu’ils isolent les murs. Cela fait des années que j’essaie de louer deux appartements et le café du rez-de-chaussée, mais c’est impossible à cause des nuisances», confie-t-il, lui qui explique qu'un locataire a quitté l'appartement dès le premier jour de location, excédé par les nuisances sonores.

Le voisin explique encore avoir refusé une proposition de Steven Van Belle, manager du Fuse, qui a tenté de lui racheter l'appartement. «Je ne veux pas d’argent, je ne veux pas être soudoyé», confie-t-il.

Tout ce qu'il veut c'est que les murs soient isolés. «Cela pourrait atténuer le bruit de 50 %. Mais ils pensent que c’est un gaspillage d’argent et ne veulent pas acheter les matériaux», commente encore le voisin du Fuse, qui révèle avoir été la cible de lancers de pierres à travers sa fenêtre de la part de personnes qui soutiennent la boîte de nuit.

À lire aussi: Fermeture du Fuse : quelles règles pour les clubs à Bruxelles ?

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité