Intérim médical : Frank Vandenbroucke se dit "fortement préoccupé" par le recours croissant à la sous-traitance

Il appelle à porter plainte auprès de l'inspection du travail en cas d'abus.

Frank Vandenbroucke
© BelgaImage

Les agences d'intérim parviennent à attirer de plus en plus d'infirmières, avec de meilleures conditions salariales et de travail. L'organisation regroupant les établissements de soins flamands, Zorgnet-Icuro, tire lundi la sonnette d'alarme et avertit du risque, pour les patients et les résidents, d'une hausse des coûts si ce type de procédure devait devenir le "businessmodel" dominant.

Les bureaux d'intérim débauchent activement des infirmières ou aide-soignantes ayant un contrat fixe. Ils tentent de les convaincre à faire le pas à force de conditions salariales attrayantes et d'avantages extra-légaux comme une voiture ou une carte carburant.

Confrontés à une pénurie de personnel, les hôpitaux et autres institutions de soins sont presque contraints à embaucher des intérimaires et des infirmières de projet. Mais cela a un coût, jusqu'à une fois et demi ou deux fois plus que des effectifs traditionnels, met en garde Zorgnet-Icuro.

"L'argent public doit être investi dans les soins eux-mêmes et pas pour grossir les marges bénéficiaires des agences qui se sont ruées sur cet immense trou dans le marché", estime l'administratrice déléguée Margot Cloet. "Les autorités doivent mettre un terme à cette situation, également hors de nos frontières puisque ce phénomène s'observe aussi en Europe."

Zorgnet-Icuro et ses partenaires discutent de cette problématique avec Federgon, la fédération des agences d'intérim privées et des prestataires de services RH. Mais ces pourparlers n'ont encore rien donné. "Ils n'écoutent pas nos doléances", se lamente l'organisation.

De son côté, le syndicat ACV Puls (pendant flamand de la CNE) demande au ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, de rapidement interdire, dans tous les secteurs de soins, ce type de personnel de projet. "Si on veut augmenter les effectifs de manière durable et réduire la charge de travail dans les soins de santé, il faut de meilleures conditions salariales et de travail et pas des statuts précaires", commente le syndicat chrétien.

A lire aussi : Comment le nouveau monde du travail a plongé ces travailleurs dans la précarité

Les syndicats prévoient une manifestation nationale mardi 31 janvier afin de demander de meilleurs salaires et plus d'investissements dans les soins de santé, le bien-être et la culture.

Vandenbroucke "fortement préoccupé"

Le ministre fédéral de la Santé publique, Frank Vandenbroucke, s'est dit "fortement préoccupé" lundi par le recours croissant à du personnel soignant via des sociétés de sous-traitance, aux dépens du budget des hôpitaux.

Les agences d'intérim parviennent à attirer de plus en plus de personnel soignant en proposant de meilleures conditions salariales et de travail. Lundi, le réseau flamand d'établissements de soins Zorgnet-Icuro tirait la sonnette d'alarme en avertissant du risque, pour les patients et les résidents, d'une hausse des coûts si ce type de procédé devait devenir le modèle commercial dominant.

Pour Frank Vandenbroucke, cette évolution est fortement préoccupante, a indiqué son cabinet à Belga. L'inspection du travail est à ses yeux "la meilleure arme" pour s'en prémunir. Le vice-Premier ministre Vooruit appelle les patients qui constatent que du personnel soignant travaille en sous-traitance pour des tâches journalières régulières en hôpital à porter plainte.

Une interdiction totale du financement du personnel soignant dit "de projet", comme la réclame le syndicat chrétien ACV, "ne va pas de soi", ajoute le ministre. "Nous ne voulons pas empêcher totalement les projets innovants, parce qu'ils sont importants pour la qualité des soins". M. Vandenbroucke souligne toutefois que les 402 millions d'euros que le gouvernement investit sous cette législature dans le Fonds Blouses blanches ne peuvent être utilisés pour embaucher du personnel soignant en sous-traitance.

Sur le même sujet
Plus d'actualité