Immobilier : comment les prix des logements ont explosé en 10 ans en Belgique

Acheter un logement semble toujours plus cher en Belgique. La preuve avec ces graphiques qui présentent l'évolution du marché immobilier en dix ans.

immobilier
© BelgaImage

En dix ans, le surcoût de l’immobilier est colossal, avec une augmentation de 41,5% entre 2013 et 2022. L'an dernier, les prix ont encore augmenté. La Flandre est la région la plus touchée par cette hausse (+6,7%), suivie par la Wallonie (+4,7%) et Bruxelles (+1,6%), rapporte le baromètre 2023 de l’immobilier de Hellosafe, une plateforme internationale experte en comparaison de produits financiers, que nous avons obtenu en exclusivité.

© Hellosafe

Wallonie, la moins chère

Les disparités sont très fortes entre les régions en Belgique. La Wallonie reste l’endroit le plus économique pour investir dans un bien - maison et appartement confondus - avec un prix médian de 206.250 €, contre 293.750 € en Flandre et 524.625 € à Bruxelles. Investir dans la capitale, la région la plus chère, coûte ainsi 2,5 fois plus cher qu’en Wallonie et 2 fois plus cher qu’en Flandre.

À lire aussi : La crise économique plombe le marché immobilier : de bonnes affaires attendues dès 2023

© Hellosafe

Les provinces les plus touchées par la hausse 

Les provinces de Luxembourg (+9,1%), Anvers et de Flandre orientale sont celles où les prix ont le plus augmenté en 2022. Pour ce qui est du Luxembourg, on peut postuler sur un exode des citadins vers les campagnes suite au Covid. À l’inverse, le Brabant wallon, le Hainaut et la Flandre occidentale sont les provinces qui affichent les hausses les plus modérées.

Et dans votre commune ?

Ixelles arrive largement en tête et se positionne comme la commune la plus chère de Belgique avec un prix médian de 840.000 € en 2022 alors que la commune la moins chère est Hastière avec un prix autour de 110.000 €, soit sept fois moins.

les communes les plus et moins chères pour acheter un logement

© Hellosafe

Trois fois moins cher qu’à Paris

«L’offre ne suit pas la demande. La proposition en immobilier est trop faible», explique Alexandre De Soutter, porte-parole de Hellosafe. Catastrophique ? Si on compare le prix du mètre carré de Bruxelles par rapport à aux autres capitales européennes, c’est néanmoins encore abordable. Le prix du mètre carré à Paris est trois fois plus élevé qu’à Bruxelles, par exemple. «Le marché reste dynamique en Belgique malgré le contexte qui a rendu les gens plus prudents. Les Belges continuent d’acheter. En France, dans des villes comme Paris, Nantes, Bordeaux, ça se contracte et en Suisse les prix baissent.»

Sur le même sujet
Plus d'actualité