Une pétition pour sauver le Fuse récolte plus de 20.000 signatures

La classe politique bruxelloise s’est émue de la fermeture de la célèbre boîte de nuit hier sur les réseaux sociaux.

Pétition Fuse
©DR

Une pétition lancée hier soir pour la réouverture de la plus célèbre des boîtes de nuit du pays a déjà attiré 16.500 signatures, sur les 25.000 possibles.

«Nous exhortons tout le monde à signer cette pétition pour sauver le Fuse», supplient les auteurs de la pétition, avant de rappeler la mésaventure subie par le night-club installé depuis près de trente ans dans le quartier des Marolles.

«Après avoir reçu l’ordre de fermer ses portes à 2h du matin immédiatement et de jouer à 95 dB de la part de l’Administration bruxelloise (Brussel Leefmilieu/Bruxelles Environnement), le club ne peut pas ouvrir dans ces circonstances et est donc fermé à partir d’aujourd’hui. Malgré d’importants travaux pour éviter une fermeture, une plainte d’un voisin qui a acheté une maison adjacente il y a quelques années est la première cause de cette cessation d’activité. Employant 10 personnes la semaine et 80 salariés le week-end, tous ces emplois sont aujourd’hui menacés dans l’immédiat.»

Pour mémoire, le Fuse a introduit un recours contre cette décision auprès du collège d’environnement. Une réponse est attendue pour le 25 janvier. D’ici là, le Fuse restera fermé ont annoncé ont annoncé ses patrons hier sur les réseaux sociaux.

L’annonce de la fermeture a par ailleurs suscité d’innombrables réactions politiques hier soir. Philippe Close, Alain Maron, Pascal Smet, etc. Toutes et tous en faveur d'une réouverture du night club.

À lire aussi: Frédéric Nicolay a importé les terrasses à Bruxelles: «Ça a vraiment changé la donne»

Sur le même sujet
Plus d'actualité