Fermeture du Fuse : quelles règles pour les clubs à Bruxelles ?

La question se pose après l'annonce de la fermeture du Fuse, suite à des plaintes du voisinage. Réponse avec Lorenzo Serra de Brussels by Night Federation.

à l'intérieur d'une boite de nuit
© Unsplash

À Bruxelles, le niveau sonore est coulé dans un arrêté régional datant du 21 février 2018. Il s’agit de l’arrêt “son amplifié”. Les clubs, salles de concerts et organisateurs de soirées en intérieur y sont tenus à 3 seuils bien distincts.

À lire aussi : Brussels by Night Federation : «On ne peut pas laisser à un voisin seul le pouvoir de fermer une institution comme le Fuse»

Sous les 85dB : sans condition
Jusqu’à 95dB : “les exploitants doivent informer le public sur les risques des niveaux sonores diffusés (à l’aide de pictogrammes) et afficher le niveau sonore en temps réel (grâce à un afficheur de niveaux sonores)”. S’ils diffusent après minuit, ils doivent garder trace des niveaux sonores.
Au-dessus de 100dB, ce qui est le cas des clubs : “les exploitants doivent mettre à disposition du public des protections auditives (bouchons) et une zone de repos auditif (où le niveau ne dépasse pas 85 dB). Ils doivent aussi enregistrer les niveaux sonores et en conserver l’historique. Et enfin désigner une personne de référence pour assurer le respect des conditions.

Lorenzo Serra ajoute que d’autres règles liées au son sont imposées aux exploitants de clubs et organisateurs de soirées et festivals clubbing. “On ne peut pas sortir les poubelles à n’importe quelle heure de la nuit, on doit installer un fumoir intérieur parce que les cigarettes en rue font souvent encore plus de bruit que la musique elle-même, on doit prévoir des stewards chargés d’empêcher les personnes éméchées de crier en rue…”

À lire aussi : Une pétition pour sauver le Fuse récolte plus de 20.000 signatures

Concernant le niveau sonore de la musique, le représentant du monde de la nuit ajoute enfin qu’il existe des règles “très précises” sur les niveaux autorisés dans les constructions mitoyennes. Le son peut y être mesuré “à la fenêtre ou à l’intérieur”. Et c’est concernant ces normes que la Brussels By Night Federation exprime ses inquiétudes et suggère d’étudier le principe d’antériorité.

Sur le même sujet
Plus d'actualité