Vers un service citoyen obligatoire en Belgique ?

L’idée a gagné en traction ces derniers temps et revient sur le devant de la scène. Si elle n’est pas neuve, le contexte actuel semble lui donner plus de poids. Allons-nous donc vers un service citoyen obligatoire en Belgique ?

Service citoyen
Trois jeunes en service citoyen © Belga Image

De très nombreux pays, européens ou non, proposent des programmes similaires. En France, par exemple, plus de 140 000 jeunes participent à ce fameux service citoyen. Chez nos voisins germanophones, 40 000 jeunes sont concernés. Mais qu’entend-on par service citoyen ?

Le service citoyen, c’est quoi

On distingue le service citoyen du service civil qui est le pendant d’un service militaire obligatoire et du service civique qui est le fruit des institutions. Car le service citoyen est le produit d’initiatives associatives. Il s’agit d’un programme pour les jeunes de 18 à 25 ans qui sont prêts à s’engager, pendant 6 mois, dans le projet solidaire de leur choix.

En octobre dernier, la plateforme du service citoyen en Belgique a, dans un communiqué de presse appelé à la mise en place d’un service cioyen universel. « Ce Service citoyen universel permettrait à chaque jeune de 18 à 25 ans résidant en Belgique de pouvoir s’engager, volontairement, entre six mois et un an, à temps plein, dans des projets d'intérêt public. Le succès de ces dispositifs à l’étranger - plus de 300.000 jeunes engagés chaque année en France, Allemagne, Pays-Bas, Italie et Luxembourg - montrent très clairement la pertinence de ce type de programme en termes d’estime de soi, d'émancipation, d’esprit d’entreprendre, de brassage socioculturel, de cohésion sociale et de renforcement du vivre - et faire ! - ensemble. » peut-on lire dans ce communiqué.

Le Mouvement Réformateur favorable à un tel projet

Plusieurs épisodes de violences ont émaillé la fin de 2022. Comme les émeutes qui ont explosé dans le centre de Bruxelles à la suite de la victoire du Maroc lors de la coupe du monde. Ou les violences envers le corps de police qui n’ont fait qu’augmenter en cette fin d’année. Et face à ces hausses et à cette répétition d’épisodes violents, les libéraux se tournent vers le service citoyen obligatoire, notamment sur Bruxelles.

Dans les colonnes de La Libre, David Leisterh, chef du groupe MR au Parlement bruxellois s’est exprimé sur le sujet. Il existe déjà un service citoyen en Belgique, mais il est peu connu et sous-financé, déplore-t-il. En Région bruxelloise, le budget qui y est consacré n’a pas évolué depuis sept ans et ne permet de le proposer qu’à 118 jeunes par an. A tire de comparaison, il concerne 140 000 jeunes par an en France, 40 000 en Allemagne, 40 000 en Italie…”

Trouver sa voie 

En 2022, c’est près de 120 jeunes bruxellois qui ont fait le choix de s’engager dans un service citoyen. Grâce à l’octroi d’un subside de 40 000 euros, ils ont pu, six mois durant, « s’engager dans des projets utiles à la collectivité ».

C’est le cas d’Abdul notamment, qui témoigne dans une communiqué de presse publié par le gouvernement bruxellois : “J’avais comme objectif de me créer un réseau, m’intégrer, mieux comprendre la société belge, améliorer mon néerlandais. J’ai atteint tous ces objectifs. Et en plus de ça, j’ai trouvé ma voie et un boulot. »

Même son de cloche du côté de Chadi : “Je n’ai pas eu de révélation ou de réorientation de carrière. Mais ça m’a bien dérouillé, après l’école où on reste les fesses posées sur sa chaise toute la journée. Ça fait du bien de passer à quelque chose de concret pendant six mois, d’accomplir quelque chose. C’était bon pour le moral.”

Bruxelles comme laboratoire

Pour le chef de groupe MR, la mise en place d’un tel service à Bruxelles d’abord fait sens et servirait d’exemple. « Bruxelles reste un laboratoire pour la Belgique en raison de son statut de grande ville, analyse-t-il. Automatiquement, il y a un effet loupe, un effet grossissant sur certaines problématiques. Il y a une érosion du respect de l’autorité au sens large, que ce soit vis-à-vis de la police, des services de secours, des pompiers, de la justice…. Les évènements, les faits divers et l’actualité brûlante à Bruxelles que l’on a connus ces derniers mois en témoignent malheureusement. Il y a une difficulté de plus en plus grande à se retrouver sur un socle commun de valeurs qui fonde la cohésion sociale.”

Cette volonté de renforcer la cohésion sociale mais également de mettre tous les jeunes sur un même pied d’égalité sont les principales raisons évoquées par le MR pour remettre l’idée d’un tel service sur le devant de la scène.

De nombreuses personnalités favorable au projet

Si le Mouvement Réformateur remet l’idée d’un service citoyen obligatoire pour tous les jeunes entre 18 et 25 ans, l’idée n’est pas neuve. Et plusieurs personnalités des paysages intellectuel, économique et artistique belge ont déjà affiché leur support au projet.

Dans une lettre ouverte écrite par la plateforme de service citoyen, écrite en septembre 2020 et publiée dans les colonnes de l’Echo, on découvre que la quasi-totalité des recteurs et rectrices des universités belges sont favorables à la mise en place de ce service. La liste est à retrouver juste ici.

Alors allons-nous vers la mise en place d’un service citoyen obligatoire dans un futur proche ? Peu d’opposition ont été affichées à un tel projet pour l’instant, et si sur le fond tout le monde semble d’accord, la forme est encore sujet à débat. Affaire à suivre donc.

Sur le même sujet
Plus d'actualité