Nucléaire: un accord tout proche entre le fédéral et Engie, une question de «quelques heures» selon Georges-Louis Bouchez

Le chef de file des libéraux du MR se réjouit d'avance de cet accord avec Engie dans lequel il voit un moyen d'assurer l'avenir du nucléaire en Belgique.

Logo d'Engie
Logo d’Engie devant des pylônes électriques miniatures ©BelgaImage

Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, a laissé entendre dimanche qu'un accord entre le gouvernement fédéral et le groupe énergétique français Engie sur la prolongation de 10 ans de la durée de vie des deux réacteurs les plus récents du parc nucléaire belge était proche.

«La date limite était le 31 décembre, aujourd'hui nous sommes le 39 décembre»

«Nous sommes à quelques centaines de mètres d'un accord avec Engie pour la prolongation de deux réacteurs», a-t-il affirmé lors d'un congrès du Mouvement réformateur sur le site de l'ancien charbonnage du Bois du Cazier à Marcinelle (Charleroi) lançant une tournée des voeux provinciale des libéraux francophones. M. Bouchez a évoqué un délai de «quelques heures» pour la conclusion de cet accord, objet de longues négociations menées du côté fédéral par le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) et la ministre de l'Énergie, Tinne Van der Straeten (Groen). «L'accord qui pointe son nez, c'est le fruit de notre travail» (à nous réformateurs), a ajouté le président du MR à l'adresse de plusieurs centaines de militants, de mandataires et de ministres libéraux.

Il a tenu des propos très semblables du même endroit, mais diffusés lors de l'émission De Zevende dag de la chaîne publique flamande VRT, parlant de «quelques centimètres, de quelques heures» avant un accord. «Il était grand temps», a-t-il dit. «La date limite était le 31 décembre, aujourd'hui nous sommes le 39 décembre», a ironisé M. Bouchez. Il a souligné que l'accord devait être équilibré et qu'Engie supportera une partie des coûts de la prolongation de ces deux réacteurs - les deux plus récents, Tihange 3 et Doel 4 - sur les sept qu'a comptés la Belgique, tous exploités par Engie Electrabel. Au Bois du Cazier, M. Bouchez a également qualifié le nucléaire d'«énergie du futur capable d'assurer la sécurité d'approvisionnement» de la Belgique, «sans émission de CO2».

À lire: Énergie, inflation, emploi… 5 dossiers brûlants pour la Vivaldi en 2023

Sur le même sujet
Plus d'actualité