Comment la Côte a fait le plein de touristes avec les vacances d'hiver 2022-2023

Malgré le mauvais temps, les touristes étaient quand même au rendez-vous sur la côte belge, avec des différences par rapport à l'année dernière.

Tourisme à la Côte
Touristes assis au bord de la digue à Ostende, avec vue sur la mer, le 4 août 2010 ©BelgaImage

Après deux années marquées par la crise sanitaire et avec elle, une limitation des voyages, les vacanciers étrangers ont retrouvé le chemin du littoral belge durant les vacances d'hiver (Noël), ressort-il dimanche des chiffres publiés par Westtoer, l'office de tourisme de Flandre occidentale. Le nombre de touristes d'un jour et ceux ayant dormi à la Côte est, lui, en légère baisse.

Bilan positif malgré une baisse de fréquentation

Malgré une météo capricieuse, le secteur touristique de la Côte belge dresse un bilan positif. Au total, le littoral a vu défiler 540.000 touristes d'un jour, ce qui représente une baisse de 10% par rapport à l'an dernier. L'affluence a été la plus haute le 27 décembre, avec quelque 60.000 touristes ayant profité des plaisirs marins. Le tourisme résidentiel est également en baisse, de 5%, avec un total de 1,7 million de nuitées. Comme chaque année, c'est la nuit de la Saint-Sylvestre qui a accueilli le plus de monde. Les hôtels du littoral ont enregistré un taux d'occupation moyen de 70% pour la fin de l'année, contre 75% en 2021.

À lire: Que faire et où manger à la côte belge?

Le nombre de clients allemands et français a, lui, doublé par rapport aux vacances de Noël de l'année dernière, tandis que la proportion de visiteurs néerlandais a, elle, quelque peu diminué après un pic observé en 2021. L'office régional Westtoer explique tant la hausse des touristes étrangers que la diminution des touristes nationaux par la levée des restrictions de voyage, qui étaient en vigueur durant la crise sanitaire. Le retour des touristes étrangers compense d'ailleurs la perte des touristes belges et permet à la Côte de retrouver son niveau de fréquentation d'avant la pandémie, a souligné Westtoer.

Sur le même sujet
Plus d'actualité