La crise économique plombe le marché immobilier : de bonnes affaires attendues dès 2023

Le marché immobilier a connu les effets de la crise durant cette année 2022. Mais 2023 pourrait permettre de bonnes affaires.

La crise économique plombe le marché immobilier : de bonnes affaires attendues dès 2023
©Belgaimage

Le marché immobilier marque le coup en Belgique. Crise après crise, le Belge voit le prix des maisons et appartements grimper en flèche. Depuis mars 2020 et le début de la pandémie, les habitations ont en moyenne augmenté de 18 %. Dans une nouvelle étude publiée par ING, le constat est clair : « Cette flambée de la valorisation, combinée à la hausse des taux d'intérêt sur les prêts hypothécaires, a gravement érodé le pouvoir d'achat immobilier. »

À lire aussi : Immobilier: Les jeunes accèdent de moins en moins au marché

Ce marché a connu en 2022 un recul de 6 %. « L'accessibilité financière des logements s'est considérablement détériorée ces dernières années », poursuit l'étude. Et cette tendance se marque plus encore dans l'opinion. Sept Belges sur dix estiment qu'il sera « encore plus difficile pour les jeunes d'acheter un logement au cours des trois prochaines années ». Mais selon ING toujours, ce pessimisme ambiant pourrait partiellement s'évaporer d'ici les prochains mois. « Nous prévoyons que l'accessibilité à la propriété s'améliorera en 2023 grâce à la combinaison d'une évolution des prix des logements plus faible que l'inflation et d'une stabilisation des taux hypothécaires. Cela entrainera également une réduction de la surévaluation. Nous nous attendons à ce que l'inflation moyenne tombe à 5,8 % cette année, contre une moyenne de 9,6 % l'année dernière. Si les prix des logements baissent de 0,5% selon nos prévisions, cela équivaut à une baisse de plus de 6% des prix réels. Cela réduit la surévaluation et améliore l'accessibilité financière », analyse Wouter Thierie, économiste.

Une baisse des prix attendue

Il n'en reste pas moins que le taux moyen pour un prêt de 20 ans est passé de 1,4 % début 2022 à 3,4 % début 2023. Une situation qui pousse de nombreux acheteurs à reporter leur achat. L'augmentation du prix des matériaux et de la main d'oeuvre viennent couronner un tableau fort peu reluisant.

Mais la loi de l'offre et de la demande est ainsi faite que si la pression venait à baisser sur le marché immobilier, les prix devraient à leur tour se tasser. « Nous nous attendons à ce que les prix baissent quelque peu au cours du premier semestre pour se redresser à partir de l'été. Pour l'ensemble de l'année 2023, nous nous attendons à une légère baisse des prix des logements de 0,5%. De plus, la baisse sera légèrement plus importante pour les logements énergivores. Nous prévoyons que l'écart de prix basé sur le score PEB augmentera en 2023, et ce pour deux raisons. D'une part, la hausse des prix de l'énergie et les réglementations plus strictes renforcent la popularité des modes de vie économes en énergie. D'autre part, il est également devenu beaucoup plus coûteux de rénover une maison », conclut Wouter Thierie.

Sur le même sujet
Plus d'actualité