La SNCB pas assez ponctuelle? Oui, selon Georges Gilkinet qui se montre insatisfait

Le gouvernement fédéral dresse un bilan décevant de la ponctualité des trains et veut agir pour y remédier.

Georges Gilkinet et Sophie Dutordoir
Le ministre de la Mobilité Georges Gilkinet et la PDG de la SNCB Sophie Dutordoir, le 27 avril 2022 à Nivelles ©BelgaImage

Le ministre fédéral de la Mobilité, Georges Gilkinet (Ecolo), juge insatisfaisante la ponctualité des trains qu'il veut voir s'améliorer à l'avenir.

Des mesures à court et long terme en prévision

Les statistiques pour 2022 ont montré que, pour la première fois depuis des années, la ponctualité des trains en Belgique était repassée sous le seuil de 90%. Plus de 44.000 trains ont ainsi été annulés l'an dernier. Pour M. Gilkinet, ces résultats ne sont pas satisfaisants, même s'ils sont en partie imputables à des événements sur lesquels la SNCB et Infrabel n'ont pas prise, reconnaît-il.

Face à ce constat, le ministre pointe vendredi une série de mesures qui ont été prises par le passé pour améliorer la ponctualité des trains: des engagements plus rapides, des changements dans la gestion du trafic, la stabilisation de l'offre de trains, la commande de nouveaux matériels et des investissements dans le réseau ferré. Selon lui, des mesures sur le long terme doivent également à contribuer à améliorer la situation. «À long terme, les nouveaux contrats entre les sociétés ferroviaires et le refinancement qui y est associé pour les dix prochaines années devront contribuer à l'amélioration structurelle de la fiabilité du service grâce à un meilleur réseau et le renouvellement de la moitié du matériel roulant».

À lire: Confort, horaire, ponctualité, tarifs : voici tout ce qui va changer ces prochaines années à la SNCB

Dans ces futurs contrats, le financement de la SNCB et d'Infrabel dépendra partiellement de la concrétisation des objectifs fixés par le gouvernement, notamment en termes de ponctualité, selon le ministre.

Sur le même sujet
Plus d'actualité