Salaires, énergie, immobilier… 6 bonnes nouvelles pour vos finances en 2023

Même si l’inflation n’arrêtera pas d’un coup de grignoter le pouvoir d’achat des Belges, voici quelques mesures qui tâcheront de faire passer la pilule en 2023.

Salaires, énergie, immobilier… 6 bonnes nouvelles pour vos finances en 2023
@BELGAIMAGE

Indexation des salaires…

C’est La première bonne nouvelle de 2023, pour de nombreux Belges. Même si le mécanisme d’indexation des salaires ne compense que partiellement la baisse du pouvoir d’achat des ménages, il fera tout de même un peu de bien pour le portefeuille de plus de 500.000 employés belges. Selon les calculs du prestataire de services RH Acerta, les salaires des employés de la Commission paritaire 200 (qui compte donc plus 500.000 employés, répartis dans 60.000 entreprises) vont en effet augmenter de 11,08% au 1er janvier 2023.

À lire aussi : Inflation : votre salaire sera-t-il indexé de plus de 10% en janvier?

Par ailleurs (cela concerne cette fois tous les travailleurs), les salaires mensuels nets des Belges augmenteront au minimum de 50 euros à partir du 1er janvier, (soit 600 euros net par an), en raison de l’adaptation des barèmes fiscaux et des calculs d’imposition du précompte professionnel, selon les calculs de RH SD Worx.

«L’année dernière, nous avons connu une inflation très élevée. Cela se traduit non seulement par une indexation automatique des salaires par secteur, mais aussi par une indexation plus élevée des taux d’imposition, de sorte qu’une plus grande partie de votre salaire se retrouve dans une tranche d’imposition inférieure, ce qui se traduit par un salaire net plus élevé», expliquait-on du côté du prestataire de services.

… et revalorisation des pensions

Suite à la répartition de l’enveloppe bien-être par le gouvernement (les partenaires sociaux n’ayant pas réussi à aboutir à un accord), plus d’un milliard d’euros sera réparti ces deux prochaines années entre les pensionnés, les allocataires sociaux, les bénéficiaires d’aides sociales…

Pour les pensionnés, cela se traduira notamment par une augmentation de 2% pour les pensions minimales au 1er juillet 2023, de 2% pour les pensions ayant pris cours en 2018 et de 1,2% pour les pensions ayant pris cours avant 20008. Le pécule de vacances des pensionnés sera également en hausse de 3,8% le 1er mai 2023.

Énergie

Les prix de l’énergie baisseront-t-ils durablement en 2023? Chez Moustique comme ailleurs, on n’est pas équipé en boule de cristal. De nombreux experts ne s’attendent toutefois pas à ce que les prix du gaz (et donc de l’électricité) dégringolent durant l’année qui vient. Petite consolation : au niveau fédéral, les primes énergie seront octroyées jusqu’en mars 2023 (135 euros/mois pour le gaz et 61 euros/mois pour l’électricité), sauf si le gouvernement décide de les prolonger. La TVA réduite à 6% sur le gaz et l’électricité devrait l’être également jusqu’à la fin mars.

L’augmentation des crédits européens octroyés par le plan RePowerEU se traduira en Belgique au niveau régional par un renforcement de certaines primes énergie à la rénovation et à l’isolation. Dans le cadre de leur Plan Air-Climat-Energie (PACE), les primes et dispositifs de soutien à la rénovation seront en effet bientôt élargis et diversifiés, ont annoncé les autorités wallonnes.

L’épargne légèrement plus rémunératrice

C’est un mouvement en marche dans plusieurs institutions bancaires, depuis quelques semaines. Belfius et les banques du groupe KBC ont par exemple annoncé qu’elles augmenteront le taux de base de leur compte épargne de 0,01% à 0,35%. La prime de fidélité passera de 0,10% à 0,15% dans le cas de Belfius et de 0,10% à 0,25% dans le cas du groupe KBC.

À lire aussi : Voici les comptes épargne qui ont rapporté le plus en 2022

«On peut donc raisonnablement s’attendre à ce que d’autres (grandes) banques suivent le mouvement», déclarait dans l’Echo Julie Frère, porte-parole de Test Achats, tout en reconnaissant que cette augmentation n’allait pas sauver à elle-seule le budget des ménages.

Immobilier : les frais de notaires en baisse

S’il n’y a pas que des bonnes nouvelles pour l’immobilier en 2023 (le précompte immobilier verra ainsi une hausse record de 9,6%), pointons tout de même ceci : certains frais liés à l’acquisition d’un bien diminueront. Ce sera le cas des frais de notaires ; un montant fixe sera demandé à partir du 1er janvier (les frais administratifs étaient fixés librement jusqu’alors), et les honoraires de notaires baisseront, selon l’Echo, pour l’achat d’un logement familial dont le prix d’achat est inférieur ou égal à 850.000 euros.

À lire aussi : Trois astuces pour acheter son premier bien immobilier

À Bruxelles, et dans une moindre mesure en Wallonie, on pourra également compter sur la majoration de l’abattement fiscal sur les droits d’enregistrement. À titre d’exemple, l’abattement fiscal portera sur une première tranche de 200.000 euros contre 175.000 euros actuellement en région bruxelloise, et ce, à partir du 1er avril. Ce qui représente une économie de 25.000 euros.

À lire aussi : Immobilier : pourquoi il ne faut pas se fier aux certificats PEB, cet outil imparfait

Des congés de naissance prolongés

À partir du 1er janvier, le congé de naissance comptera 20 jours, au lieu de 15 précédemment. Le travailleur percevra son salaire normal les trois premiers jours, puis recevra une allocation de la mutualité, à partir du 4e jour. Ces jours de congé peuvent être pris librement dans les quatre premiers mois suivant l'accouchement.

Autre mesure, qui intéressera les familles monoparentales : le prix des crèches et services d'accueil subventionnés en Fédération Wallonie-Bruxelles diminuera de 30% à partir du 1er janvier pour les parents qui élèvent seuls leur enfant.

À lire aussi : Santé, argent, travail…: une vingtaine de mesures qui entreront en vigueur le 1er janvier 2023

Sur le même sujet
Plus d'actualité