Confort, horaire, ponctualité, tarifs : voici tout ce qui va changer ces prochaines années à la SNCB

Le nouveau contrat de gestion de la SNCB a enfin été signé. Voici tout ce qui va changer dans les dix prochaines années.

Voici tout ce qui va changer à la SNCB ces prochaines années
La gare de Louvain ©Belga Image

Sur proposition du ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet, le gouvernement vient d’approuver le Contrat de Service Public de la SNCB et le Contrat de Performance d’Infrabel.

Un engagement basé sur l’élargissement de l’offre passagers et marchandises et la modernisation du réseau, dans une dynamique orientée utilisateurs. « Les Contrats de gestion garantissent aux entreprises du rail et à leurs travailleurs les moyens de leurs ambitions, octroient un monopole d’exploitation à la SNCB pour les 10 prochaines années et la renforcent face à la libéralisation européenne du rail », indique le ministre de la Mobilité dans un communiqué. « Il y aura clairement un avant et un après 2022 pour le rail et pour notre mobilité en Belgique », ajoute-t-il.

Concrètement, voici ce qui va changer dans les dix prochaines années.

Plus de trains

Le Contrat prévoit une augmentation du nombre de trains de 10% en 10 ans (de 83,4 millions de kilomètres roulés à 91,6 millions de kilomètres). Concrètement, cela se traduira par davantage de trains pendant la semaine ainsi que le week-end.

L’amplitude des horaires sera fortement augmentée, avec des trains plus tôt et plus tard, notamment à proximité des grandes villes. Deux heures supplémentaires d’amplitude de service seront assurées sur toutes les lignes, quatre heures supplémentaires sur les grands axes et autour des grandes villes et jusqu’à 5 heures pour le réseau S à Bruxelles par rapport à la moyenne actuelle de 14 heures de service.

A lire aussi : Attention, la SNCB va adapter son offre de trains pendant les vacances de fin d’année

De nouveaux trains

La flotte actuelle a une moyenne d’âge de 25 ans, avec certains trains datant de 1966, ce qui engendre un manque de fiabilité d’un matériel qui ne répond pas non plus aux attentes légitimes des voyageurs en termes de confort, d’accessibilité et de fonctionnalité. Au cours des 10 prochaines années, 50% des trains seront renouvelés.

Des voitures plus accessibles (chaque train devra disposer d’une voiture aménagée pour les personnes à mobilité réduite), plus confortables (davantage d’espace pour les jambes, pour le stockage des bagages, éclairage LED, prises, climatisation, meilleure réception GSM à bord), plus silencieuses et pouvant emporter plus de voyageurs en place assise.

Une nouvelle grille tarifaire

Dans la nouvelle grille tarifaire de la SNCB, de nombreuses formules avantageuses sont prévues pour les jeunes, les allocataires sociaux et les seniors.

De nouvelles réductions sont prévues pour les loisirs et les déplacements en dehors des heures de pointe, y compris avec son vélo.

Le train intègre également les évolutions sociétales en prévoyant des abonnements adaptés au télétravail ou encore des abonnements scolaires pour les enfants en garde alternée et les étudiants en formation en alternance. Prendre le train sera moins coûteux.

Plus d’accessibilité

Notre pays compte 550 gares dont 20 accueillent plus de 65.000 voyageurs par semaine. Les gares occupent souvent une place centrale dans nos villes. Raison pour laquelle 1,863 milliard d’euros vont être investis pour les moderniser et les rendre plus accessibles.

Au terme du contrat, 176 gares, accueillant 76% des voyageurs, offriront une accessibilité en toute autonomie à toutes les personnes à mobilité réduite.

En mettant à disposition 164.000 places de parking vélos (+40%), en développant la complémentarité avec d’autres modes de transport, les gares deviendront des « carrefours de la mobilité », avec le « train comme colonne vertébrale ».

A lire aussi : SNCB: le nombre de trains supprimés atteint un record en 2022

Plus de ponctualité

5,9 milliards vont être investis dans la ponctualité grâce à un plan de modernisation du réseau qui va permettre de rattraper le retard et d’offrir un réseau performant aux entreprises ferroviaires. Grâce à la remise à niveau progressive du réseau, l’ensemble des tronçons où la vitesse est actuellement ralentie (60,8 kilomètres en 2021) seront supprimés à l’issue de la durée des contrats.

Sur le même sujet
Plus d'actualité