Bruxelles: le Vlaams Belang s'indigne d'un panneau en arabe... humoristique

Plusieurs élus du Vlaams Belang ont protesté après qu'un panneau franco-arabe soit apparu à Bruxelles, sauf qu'il s'agit clairement de l'œuvre d'un farceur.

Panneau franco-arabe à Laeken
Faux panneau de déviation à Laeken en français et arabe ©Capture d’écran Twitter

«Cette photo est symbolique de ce qui se passe aujourd'hui à Bruxelles et dans d'autres grandes villes. Le néerlandais remplacé par l'arabe. Peut-être le français aussi à terme ?». C'est en ces termes que s'est révolté le sénateur Bob De Brabandere (Vlaams Belang), en relayant la photo d'un panneau à Bruxelles. On y voit écrit «Déviation» suivi d'une phrase en arabe. Pour l'extrême-droite flamande, c'en est trop. Le président du Vlaams Belang Tom Van Griecken y voit même une preuve de la «théorie du grand remplacement» («omvolking» en néerlandais), tout comme Bob De Brabandere. Sauf qu'en réalité, cette signalisation n'est en rien officielle et qu'il s'agit plutôt d'une blague, ce qui apparaît clairement suite aux éclaircissements apportés par De Morgen et la VRT.

«Bonne chance»

Le cliché montre un carrefour situé plus précisément à Laeken, au croisement des rues Émile Delva et Léopold I. Après analyse de l'image et vérification sur place, la VRT confirme que la photo est bien réelle. Il y a bien un panneau franco-arabe à cet endroit.

À lire: La communauté musulmane s’érige contre le Vlaams Belang

Mais il suffit de creuser un peu pour se rendre compte que cette signalisation n'est pas réelle. Tout d'abord, la ville de Bruxelles ne signale aucun chantier à proximité. Pourquoi il y aurait-il donc un panneau à cet endroit-là? Mais ce sont surtout les arabophones qui ont dû bien rire, car la phrase en arabe n'est pas une traduction du mot «déviation». En réalité, il y est écrit «bonne chance».

L'œuvre d'un farceur pendant le Mondial?

Le panneau n'est donc clairement pas officiel. Mais pour avoir le cœur net, les médias flamands ont quand même contacté les autorités compétentes. Inge Paemen, porte-parole de Bruxelles Mobilité, explique par exemple à De Morgen qu'à l'origine, il y avait bien un panneau bilingue français-néerlandais à cet endroit-là pour des travaux entrepris par Vivaqua. Celui-ci a été retiré mais un blagueur l'a visiblement récupéré, repeint en orange et ajouté ce texte en arabe, avant de le replacer au même endroit. Selon elle, il s'agirait peut-être d'une plaisanterie faite lors des matchs du Maroc à la Coupe du monde.

À lire: «Rongée par la délinquance» ou «cosmopolite»: comment la presse parle de Bruxelles

La VRT remarque par ailleurs que le panneau vient d'une entreprise dénommée Fero, chargée de la signalisation sur les routes. Cette origine est d'ailleurs visible avec les données visibles sur le verso. Contactée, la société confirme qu'il vient bien de chez eux mais qu'ils n'ont pas apposé ce texte en arabe. Eux aussi jugent qu'il s'agit de l'œuvre d'un farceur. Une position que rejoint la ville de Bruxelles, elle aussi interrogée par la télévision flamande.

Des blagues récurrentes

Les deux médias du nord du pays font par ailleurs remarquer qu'il ne s'agit pas de la première fois que des signalisations de déviation fassent l'objet de telles plaisanteries. Plusieurs anciennes photos montrent ainsi des panneaux où il était écrit «Omelette - Omeletje», «Traffic pachydermique +3,5 t.», «Dévi-dévi - Weggiweggie», etc. Des farces qui ne font que moyennement rire Bruxelles Mobilité, Inge Paemen déplorant que «ces derniers temps, de telles légendes absurdes sont apparues sur les panneaux de signalisation à Bruxelles».

À lire: Déclaration de Rousseau sur Molenbeek: un calcul politique?

Blague sur un panneau de déviation à Laeken ©Capture d'écran Facebook

Reste que cette histoire aura fait beaucoup de bruit pour rien. De Morgen a remarqué qu'entretemps, Tom Van Griecken avait retiré son commentaire sur le «grand remplacement». Bob De Brabandere a laissé le sien en précisant qu'il dénonce toujours la portée «symbolique» de ce panneau. Le député Filip Dewinter (Vlaams Belang), qui avait lui aussi relayé la photo sur Twitter, se justifie de la même façon dans un commentaire publié postérieurement. Quant à l'image, elle continue d'être relayée sur les réseaux sociaux, manifestement par des partisans de l'extrême-droite.

À lire: Selon un sondage, le Vlaams Belang en tête des intentions de vote en Flandre

Sur le même sujet
Plus d'actualité