Interdiction de circuler en Wallonie à partir de 2025 pour les véhicules anciens : qui est concerné ?

C'est officiel : la Wallonie reporte à 2025 l'interdiction de circuler pour les véhicules les plus anciens.

voitures
© BelgaImage

La ministre wallonne de l'Environnement Céline Tellier avait annoncé qu'elle mettrait la mesure sur la table du gouvernement et c'est désormais officiel: en Wallonie, l'interdiction progressive de circuler pour les véhicules ne répondant pas à certaines normes démarrera le 1er janvier 2025 plutôt qu'en 2023.

Les véhicules sans Euronorme et Euronorme 1, 2 et 3 seront concernés par cette mesure, soit 17.500 véhicules (0,84%). En 2026, ils seront rejoints par les véhicules sans Euronorme 4 (153.800 véhicules, 7,03%) puis en 2028 par ceux sans Euronorme 5 (191.900 véhicules, 8,39%). Deux ans plus tard suivront les véhicules diesel Euronorme 6 (233.200 véhicules, 9,73%).

Il existe en outre des dérogations prévues à cette interdiction pour les véhicules de secours, de police, de transport de personnes handicapées et pour les véhicules parcourant moins de 3.000 km par an.

À lire aussi : La pollution de l’air a tué au moins 238.000 Européens en 2020

Un contexte de crise

"L'impact des véhicules les plus polluants sur la qualité de l'air et la santé des Wallons reste au cœur de nos préoccupations et n'est certainement pas remis en cause. Cependant, le contexte actuel de crise nous invite à revoir notre calendrier et à décaler l'entrée en vigueur des premières interdictions de circulation à 2025, plutôt que 2023. Nous ne pouvons imposer aux citoyens des frais supplémentaires conséquents dans le contexte actuel", a justifié la ministre Tellier. "Ce report à 2025 nous permettra d'envisager des mesures compensatoires adaptées aux réalités des propriétaires de véhicules concernés. En parallèle, des contacts vont être initiés avec les grandes villes wallonnes afin de les encourager et les soutenir dans la mise en œuvre de mesures ciblées en faveur de la qualité de l'air pour l'ensemble des citoyens", a-t-elle ajouté.

Sur le même sujet
Plus d'actualité