Pierre-Yves Jeholet : «Il y a trop d’argent qui va à la RTBF»

Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet (MR), était l’invité de la matinale de LN24, mercredi.

Tour Reyers – RTBF ©BelgaImage

Au micro de Martin Buxant mercredi matin, Pierre-Yves Jeholet est d’abord revenu sur la réforme des rythmes scolaires. “C’est un bilan positif”, estime le libéral, qui rappelle que cette réforme fait partie du pacte d’excellence qui vise à améliorer l’enseignement au sens large. “Je sais que les syndicats ne sont jamais contents, mais quand on va dans les écoles, on sent des enseignements motivés et enthousiastes, même s’ils sont aussi acculés par des charges administratives. Mais le climat en général, je le sens plutôt positif”, commente Pierre-Yves Jeholet.

Le Verviétois d’origine rappelle que les jours de vacances n’ont pas augmenté avec cette réforme. Seul le rythme est différent, mais le but est d’aider l’enfant, explique Pierre-Yves Jeholet, qui rappelle que l’ensemble du monde médical allait dans le sens de la réforme malgré les quelques changements que cela implique dans l’organisation familiale.

À lire aussi : Bénédicte Linard sur le conflit entre la presse et la RTBF : "On se trompe d'ennemi"

Pour le président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, l’évaluation des enseignants (également voulue par le pacte d’excellence), est une démarche positive : “On veut encadrer toute une série de profs, les accompagner et les former de façon spécifique si nécessaire. Et puis c’est vrai, si à un moment ça ne se passe pas bien et que le prof ne veut pas améliorer la qualité de son enseignement, et ce, de manière répétée, alors là il y a une sanction qui pourra tomber à partir de la prochaine rentrée scolaire. Mais le but n’est pas de virer des tas d’enseignants.” S’il reconnaît le travail exemplaire de la majorité des enseignants, Pierre-Yves Jeholet veut également éviter de “ternir l’image” de la profession en raison de certains comportements.

Le libéral est ensuite revenu sur le contrat de gestion de la RTBF et sur la concurrence avec d’autres sites d’information privés. “Il faut baliser et limiter la pratique d’information gratuite en digital au niveau de la RTBF, estime Pierre-Yves Jeholet, qui assure vouloir maintenir “le pluralisme de la presse”. La RTBF est un service public audiovisuel, donc elle ne doit pas concurrencer les éditeurs de presse écrite, mais il faut aussi un équilibre privé-public dans le secteur audiovisuel.” En 2023, la dotation de la FWB à la RTBF s’élèvera à 373 millions d’euros. Un montant trop élevé ? “Pour moi, il y a trop d’argent qui va à la RTBF, fustige le libéral, mais je ne suis pas tout seul au gouvernement.

Enfin, Pierre-Yves Jeholet a commenté le climat politique au sein du fédéral. En cette fin d’année, la Vivaldi patine sur toute une série de dossiers explosifs. Des négociations tendues notamment en raison du nombre élevé de partis dans la majorité (sept), et de la présence de certains partis flamands d’extrême-droite dans l’opposition, estime M. Jeholet, qui exclut toute démission anticipée. “Ce serait une ineptie. Il faut aller au bout de la législature. On a des responsabilités envers les citoyens.

Sur le même sujet
Plus d'actualité