De Croo a-t-il menti au Parlement? Des messages WhatsApp sèment le trouble

Un échange de messages au sein du gouvernement a été révélé dans la presse, ce qui crée un malaise quant à la sincérité du Premier ministre sur les dessous de la démission d'Eva De Bleeker.

Alexander De Croo et Eva De Bleeker
Alexander De Croo et Eva De Bleeker à Bruxelles ©BelgaImage

Il y a un mois, une polémique éclate au sein du gouvernement. Le Premier ministre Alexander De Croo désavoue alors formellement sa secrétaire d'État au Budget, Eva De Bleeker. Son tort? Avoir commis des erreurs manifestes dans le calcul du budget 2023 et 2024, avec des différences entre les chiffres transmis à la Commission européenne et au Parlement. Un «trou» de 1,3 milliards pour 2023 et même de 1,7 milliard d’euros pour 2024, notamment à cause de l'intégration dans le total de la baisse définitive de la TVA sur l’énergie à 6%. Cela a valu à cette élue de Hoeilaart de devoir démissionner. Mais le chef du gouvernement n'était-il vraiment pas au courant du problème avant l'éclatement de cette affaire? Eva De Bleeker a-t-elle été sacrifiée pour préserver le reste de l'exécutif? C'est la question qui se pose après que les échanges WhatsApp révélés par Knack, avec des messages troublants.

«C’est bon pour nous»

La discussion révélée par le magazine flamand date du mercredi 9 novembre à 17h23, quelques jours avant la démission d'Eva. Le cabinet du Premier ministre contacte alors le responsable du budget du cabinet d'Eva De Bleeker à propos du budget 2023. Puis arrivent deux messages envoyés par le premier au deuxième: «c’est bon pour nous» et «merci pour les adaptations!». Deux courtes phrases qui peuvent laisser penser que le Premier ministre a bel et bien approuvé le budget.

Cela veut-il dire qu'Alexander De Croo a une part de responsabilité dans la controverse du mois passé? La question est particulièrement sensible, alors que l'affaire fait toujours l'actualité, surtout au nord du pays. Cela fait des semaines que le chef de gouvernement nie avoir approuvé le budget d'Eva De Bleeker. La semaine dernière, l'existence de messages WhatsApp à ce sujet a elle aussi été démentie et Alexander De Croo tient à souligner que la démission de sa secrétaire d'État l'a affecté, parlant même d'une «page sombre» de sa vie. C'est dans ce contexte que les révélations de Knack font sensation.

À lire: Alexander De Croo évoque une «page sombre» de sa vie : «C’est une des choses les plus difficiles que j’ai eues à faire»

«Une tempête dans un verre d’eau»

Pourtant, du côté du 16 rue de la Loi, il n'y aurait ici rien de compromettant. «Le 'Ok' dans les messages WhatsApp ne fait pas du tout référence à la TVA et aux droits d'accise. Ni sur l'ensemble du budget. Cet 'Ok' fait référence à des mesures liées à la sécurité sociale et à l'industrie pharmaceutique», indique le cabinet, comme le relaie De Morgen, en évoquant «une décision déformée». «Nous répétons qu'un accord pour un budget n'est pas donné sur WhatsApp». Les autorités précisent par ailleurs que c'est un comité de lecture qui donne son approbation à ce type de document. Celui-ci a par exemple validé ceux envoyés à la Commission européenne.

Au final, le gouvernement assure au Soir qu'il s'agit d'«une tempête dans un verre d’eau». Ecolo et le PS disent ne pas constater non plus de problème particulier. C'est visiblement moins le cas de la N-VA et du PTB qui ont demandé au Premier ministre De Croo de fournir des explications sur cet échange de messages WhatsApp à la commission des finances. La réponse n'est, à cette heure, toujours pas arrivée. Deux interpellations ont également été déposées vis-à-vis du Premier ministre, de la part de la N-VA et du Vlaams Belang.

Sur le même sujet
Plus d'actualité