Polémique au Bureau du Parlement wallon : «Tout le monde savait»

Au parlement wallon, les frasques du greffier éclaboussent. Des mains sont souillées. Des yeux sont restés fermés. Sauf bien entendu du côté du PTB qui sonne l’hallali.

greffier du parlement wallon
Le bureau du parlement dans sa totalité n’a pas contrôlé son greffier. © BelgaImage

Ce n’est pas le grand bleu. Le greffier qui a terrorisé son personnel et dépensé l’argent du contribuable sans compter ne plongera pas seul. À la suite des révélations sur Frédéric Janssens, la démission du Liégeois Jean-Claude Marcourt cuit à petits bouillons après celle déjà opérée de la socialiste hennuyère Sophie Pécriaux. L’écolo Manu Disabatto chipote dans la casserole dans laquelle il n’a certes pas plongé mais qu’il n’a pas non plus retirée du feu. À l’heure où nous écrivions ces lignes, ni lui ni les libérales Jacqueline Galant et Sybille de Coster-Bauchau n’avaient démissionné. Paul Magnette a pourtant sorti le carton rouge pour tenter de retirer le tapis de velours que le PTB s’est empressé de dérouler en dénonçant un véritable système partagé par tous les partis politiques au pouvoir, actuels et passé. Frédéric Janssens a dépensé et vitupéré sans qu’aucun contrôle n’intervienne. Ni sous Marcourt (PS) ni sous André Antoine (Les Engagés).

Or, selon nos informations, le profil de manager et un certain goût pour le luxe lui collaient aux chaussures bien avant qu’il n’arrive au parlement wallon. Lorsqu’il était directeur d’administration dans le Brabant wallon, déjà, le personnel souffrait. “C’était un management par la terreur. Il jetait le courrier à terre et il fallait le ramasser à ses pieds. La violence était verbale et quasiment physique”, rapporte cette juriste qui est alors passée à mi-temps pour échapper aux ordres directs de Frédéric Janssens. Le libéral disparaît du jour au lendemain de la province en 2009 pour réapparaître illico comme greffier du parlement wallon. “Quand les politiques disent qu’ils n’étaient pas au courant, c’est faux. Tout le monde savait. Une jeune contractuelle avait déposé plainte pour harcèlement. Elle a été virée deux jours après par le collège de la Province”, appuie notre témoin.

À lire aussi : Démission au Parlement wallon, la pression s'accroît sur Marcourt

Gestion désastreuse des ressources humaines, chantiers sans maîtrise budgétaire et dépenses de prestige, hôtels de standing, trajets extra-européens en classe affaires: les reproches adressés à Frédéric Janssens sont sur la place publique. Au-delà de l’homme et de ses présumés dysfonctionnements, l’affaire est politique. Avec un air de déjà-vu. Prenons le voyage du greffier et de Marcourt à Dubaï. Le coût, les motivations et la présence du haut fonctionnaire posent question, autant que le volet touristique du séjour. En avril 2009, le voyage de sept députés régionaux en Californie avait déjà suscité le scandale. Quoi qu’il en soit, arrosé ou pas, négligence active ou simplement passive, le bureau du parlement wallon avait pour mission de contrôler. Mais au Parlement wallon de manière singulière depuis 2019, l’opposition ne fait pas partie du Bureau. Ce n’est le cas dans aucun autre bureau de parlement du pays. Cette exception, qui a écarté le PTB, fait aujourd’hui l’unanimité contre elle. Sous les yeux courroucés d’une population suffisamment frappée par la crise économique pour n’avoir pas besoin d’une crise de la démocratie.

Tunnel

Suspendu en septembre pour des faits potentiels de harcèlement moral, Frédéric Janssens qui touche toujours son salaire a été mis en cause dans la gestion des marchés publics du parlement wallon. La facture liée aux travaux concernant la Maison des parlementaires wallons a quadruplé par rapport au coût annoncé, celle de la jonction souterraine a triplé. Les estimations de départ étaient certes minimalistes et la crise économique est passée par là. Mais les demandes complémentaires les plus spectaculaires viennent du parlement lui-même. Total au bout du compte : 3,043 millions. Pour permettre à quelques dizaines de députés de rejoindre le parlement à l’abri de la pluie et de (rares) manifestants.

Voyage

Du 11 au 15 novembre 2021, Jean-Claude Marcourt et Frédéric Janssens se sont rendus à l’exposition universelle de Dubaï. Vol en classe business, hôtel à 542 euros la nuit, guide à plus de 3.000 euros, le coût total du voyage est estimé à 19.000 euros. L’article 166.4 du règlement du parlement stipule pourtant que “sauf dérogation dûment motivée, les trajets en avion se font en classe économique”. Un billet aller-retour Fly Emirates vers Dubaï, à horaire et conditions de réservation similaires, coûte environ 850 euros par personne en classe éco, au lieu des 4.266,01 euros déboursés.

Morgue

Côté management, une dizaine de plaintes pour harcèlement au travail ont été déposées ces dernières semaines à l’Auditorat du travail de Namur. Pression permanente, injures, humiliations: les doléances des uns et des autres se ressemblent, dénoncent un climat de peur ayant poussé à de multiples burn-out ou démissions au fil du temps. Et parmi ces plaintes, celle qui contient les menaces enregistrées. On entend distinctement le greffier dire : “Tu te souviens d’Untel? […] J’ai eu sa peau comment? Avec des procédés odieux”. Le greffier sait que son employé a des problèmes cardiaques. Il continue : “Tu veux que j’utilise ces procédés avec toi? Tu es chez ton cardiologue ce soir, hein. À la morgue à midi.

Sur le même sujet
Plus d'actualité