Risque de black out à l'hiver 2025-2026 : voici les pistes du gouvernement

La sécurité d'approvisionnement risque d'être mise à rude épreuve dans les prochaines années. Le gouvernement tente de trouver la parade.

Tihange
©Belga

Le gouvernement fédéral était toujours réuni en comité restreint (kern) mercredi soir à 23h00, a-t-on appris à bonne source. Elia, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité à haute tension, a présenté aux principaux ministres du gouvernement fédéral et à la ministre de l'Énergie Tinne Van der Straeten son rapport commandé par le gouvernement sur la sécurité d'approvisionnement.

Elia, avec le soutien de Fluxys pour le volet gazier, a confirmé ce qui a déjà été dit cette semaine : il y a désormais un risque pour l'approvisionnement en électricité à l'hiver 2025-2026, à cause des inquiétudes sur la disponibilité du parc nucléaire français, indique une source gouvernementale.

Economiser du combustible ? 

L'objectif de ce kern convoqué à 19h00 est d'expliquer le pourquoi de cette situation et d'évoquer les pistes de solution. Des décisions ne sont pas attendues à ce stade. Durant cet hiver 2025-2026, les plus vieux réacteurs devraient avoir définitivement cessé de fonctionner, tandis que Doel 4 et Tihange 3, réacteurs pour lesquels le gouvernement est en négociations avec Engie pour une prolongation de plusieurs années, seraient à l'arrêt pour des travaux. La solution avancée cette semaine par la ministre de l'Énergie Tinne Van der Straeten (Groen) est de mettre Doel 4 et Tihange 3 à l'arrêt durant les étés précédents, pour économiser le combustible nucléaire.

Tous les scénarios sont étudiés 

Ces deux réacteurs tourneraient, en revanche, durant l'hiver 2025-2026. Il s'agit de "fuel extension", une manière d'étirer la durée de vie de ces deux réacteurs avant une prolongation longue durée en bonne et due forme. Les travaux nécessaires seraient réalisés durant l'été. Engie Electrabel, l'exploitant des centrales nucléaires en Belgique, a dès mardi soir émis des réserves. À ses yeux, la voie d'une "extension du combustible" n'est pas possible dans le cadre juridique et réglementaire actuel de la sûreté nucléaire. Le scénario d'une prolongation limitée des plus vieux réacteurs Doel 1 et 2 et Tihange 1 circule également au sein du gouvernement.

Selon le calendrier actuel de sortie du nucléaire, leurs fermetures définitives sont respectivement prévues les 15 février 2025, le 1er décembre 2025 et le 1er octobre 2025. Le gouvernement avait demandé à Elia de prendre en compte non seulement la disponibilité du parc nucléaire français, mais aussi les difficultés énergétiques potentielles en Allemagne ainsi que la prolongation de la guerre en Ukraine. Il a été demandé au gestionnaire du réseau de transport, à partir d'un scénario dégradé, de recalculer les besoins en énergie de la Belgique pour les prochains hivers et de déterminer le cas échéant si des capacités supplémentaires sont nécessaires.

Sur le même sujet
Plus d'actualité