François De Smet : «Parfois, le MR fait des pubs qui ressemblent à celles du Vlaams Belang»

François De Smet était l’invité de Martin Buxant ce mardi 29 novembre.

François De Smet
© BelgaImage

Le président de DéFi était l’invité de la matinale de LN24 et LN Radio ce mardi. Comme d’habitude, plusieurs sujets de l’actualité ont été évoqués. À commencer par les émeutes qui ont eu lieu à Bruxelles ce dimanche après le match Belgique-Maroc. Pour François De Smet, on ne peut pas punir les parents des émeutiers en les privant d’allocations familiales. “Ce n’est pas la bonne approche. On ne peut pas nier qu’il y a un vrai problème. Cela m’attriste fortement de voir ces jeunes gâcher cette belle victoire. Il y a l’aspect délinquance pour lequel il faut être ferme. Il faut appliquer la loi comme elle existe. Les casseurs, même si le Maroc avait perdu, auraient mis le même foutoir”, pense-t-il.

Il n’y a pourtant eu qu’une seule arrestation judiciaire. “Oui, c’est peu. Mais la police bruxelloise a fait le job. Je regrette qu’à cause de cette minorité de casseurs, on risque de faire un amalgame sur cette large communauté qui aurait été contente quel que ce soit le résultat et qui est bien intégrée et ne pose de problèmes à personne”, poursuit-il.

À lire aussi : Belgique-Maroc : la vidéo qui met du baume au cœur après les émeutes à Bruxelles

Bouchez invité à se calmer sur Twitter : “On lui a demandé d’être moins agressif, sinon le MR sera complètement isolé”

Suite à cet incident, François De Smet a été choqué par un visuel du MR au sujet de la tolérance zéro pour les casseurs. “Ce n’est pas la première fois que le MR est populiste. Alors que ce n’est pas la base de ce parti. Mais face à l’actualité, de temps en temps, le MR est poussé par la tentation d’aller vers l’amalgame. Je constate que parfois le MR fait des pubs qui ressemblent à celles du Vlaams Belang”, compare le président de DéFi.

Ce dernier a également commenté les prochaines élections au sein de son parti afin d’élire le président. François De Smet est candidat à sa propre succession. Il a écrit une note dans laquelle il accuse certaines personnalités de son parti de vouloir sa perte. “Globalement, la campagne a été respectueuse. Les débats ont été de qualité. […] Mais est-ce le bon moment, à un an des élections de changer de président ? Les militants feront le bon choix”, analyse-t-il.

François De Smet a également commenté son retour à Woluwé, la commune de son enfance. Il y a un projet familial mais qui ne s’annonce pas être un projet politique. Le Président de DéFi a ensuite évoqué le dossier nucléaire.

Revivez l’émission dans son intégralité.

Sur le même sujet
Plus d'actualité