Une circulaire de l'Intérieur étend la «tolérance zéro» pour les violences envers la police

Le gouvernement fédéral a contacté les communes et les services de police pour faire connaître les nouvelles dispositions en la matière.

Policiers belges
Forces de l’ordre lors de la cérémonie le 18 novembre 2022 à Waremme en l’honneur de Thomas Monjoie, policier tué lors de son service ©BelgaImage

Les ministres de l'Intérieur et de la Justice, Annelies Verlinden et Vincent Van Quickenborne, ont annoncé dimanche avoir adressé à tous les bourgmestres et chefs de corps une circulaire sur la violence contre la police, qui reprend toutes les initiatives prises en la matière.

«Nous le devons à nos policiers»

Cette circulaire a été rédigée en collaboration avec les syndicats de police, ont-ils indiqué dans un communiqué conjoint. Selon Mme Verlinden (CD&V) et M. Van Quickenborne (Open Vld), leur approche repose sur plusieurs piliers: la prévention, le soutien aux membres du personnel et à leurs familles, une approche pénale performante, la constitution de partie civile et des procédures administratives simplifiées et rapides en soutien des victimes.

«La sécurité de nos policiers est une priorité absolue. Nous ne pouvons pas garantir à 100% qu'aucun incident ne se reproduira, mais nous pouvons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour en réduire le nombre au minimum, poursuivre et punir les auteurs, et assurer le meilleur accueil et le meilleur accompagnement possible des victimes. Nous le devons à nos policiers, qui se dévouent sans relâche pour assurer la sécurité dans notre pays», a déclaré Mme Verlinden, citée dans le communiqué.

«La justice assume ses responsabilités. La tolérance zéro pour les violences à l'égard de la police sera étendue aux faits de rébellion. En outre, les magistrats de référence tiendront les victimes informées du suivi de leur dossier. Des peines plus sévères pour les violences contre la police seront également introduites plus rapidement dans le nouveau Code pénal. La justice est aux côtés de la police et elle interviendra plus sévèrement lorsque nos policiers seront pris pour cible», a pour sa part précisé le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne.

Sur le même sujet
Plus d'actualité