Un chasseur abat trois cochons domestiques d’une ferme pédagogique à Epinois

Un chasseur ayant pénétré sur le terrain du Petit domaine d’Epinois a abattu les trois cochons de la ferme pédagogique. Le chasseur dit les avoir confondus avec des sangliers.

Cochon ©Unsplash
Cochon ©Unsplash

"Ce dimanche 10h du matin, des coups de feu retentissement au petit domaine d’Epinois… Une chasse est en cours dans le bois derrière chez moi… je déplore la mort de mes 3 cochons. Ceux-ci ont été tirés à bout portant (…), sur mon terrain privé", raconte sur Facebook Ludovic Poulain, propriétaire du Petit Domaine d’Epinois (province du Hainaut).

"Évitez de vous promener dans mes bois privés, avec vos enfants ou pour cueillir des champignons, car celui-ci n’a pas su faire la différence entre un sanglier sauvage et des cochons domestiqués par mes soins", ajoute Ludovic, bien remonté par la perte de ses trois cochons domestiqués depuis plus d’un an et demi.

Comme l’expliquait Ludovic à la DH, le chasseur maladroit aurait confondu les trois cochons avec des sangliers. "C’est ce qu’il nous a dit sans pour autant s’excuser. Le premier[cochon, ndlr], il dit avoir tiré à l’aveugle au travers d’un buisson mais les deux autres ont été abattus à bout portant. Ils sont habitués à avoir des contacts physiques avec les humains car nous les avons nourris au biberon. Donc il est possible qu’ils se soient approchés de cette personne en pensant obtenir un peu de nourriture en rab. Mais confondre des cochons avec des sangliers, il fallait quand même le faire !".

À lire aussi : Tollé après la vidéo d’un chasseur tirant à travers une route

Pas d’infraction, selon la police

L’infortuné gérant du domaine a voulu porter plainte pour la perte de ses animaux, mais la police lui a opposé une fin de non-recevoir. Au motif, selon Sudinfo, qu’il n’y avait pas d’infraction parce que le terrain de Ludovic Poulain n’était pas entièrement clôturé. "La police n’a pas voulu prendre ma plainte parce que ce n’est pas une infraction pour eux".

À lire aussi : Les dérives de la chasse dans le viseur

Du coup, le propriétaire en est réduit à s’arranger à l’amiable avec le chasseur. "Le problème, c’est que ces derniers vont considérer ces cochons comme de la simple viande sans compter tout l’investissement et l’engagement affectif, soufflait Ludovic Poulain auprès de la DH. Le Petit Domaine d’Épinois comporte un volet pédagogique avec de nombreux animaux habitués au contact de l’homme et de nombreuses associations, notamment qui s’occupent de personnes handicapées, viennent exprès pour ce contact direct qu’ils peuvent avoir avec les animaux".

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité