Policier tué à Schaerbeek : Yassine M. restera un mois de plus en détention

La chambre du conseil prolonge la détention préventive du suspect du meurtre d'un policier à Schaerbeek.

La chambre du conseil prolonge la détention préventive du suspect
La détention préventive du suspect a été prolongée © Belga Image

Yassine M., l’homme qui a poignardé à mort un policier et blessé un second, jeudi soir dernier, à Schaerbeek, restera un mois de plus en détention, selon une décision rendue jeudi par la chambre du conseil de Bruxelles et communiquée par le parquet fédéral. L’homme a été placé sous mandat d’arrêt du chef d’assassinat et de tentative d’assassinat dans un contexte terroriste.

L’avocat de Yassine M. n’a pas souhaité faire de commentaire. L’individu s’en est pris à une patrouille de police circulant en voiture rue d’Aerschot à Schaerbeek, jeudi dernier dans la soirée, vers 19h00. Alors que le véhicule était arrêté devant un feu rouge, l’homme a poignardé au cou le policier qui conduisait et a poignardé au bras le policier passager.

A lire aussi : Policier tué à Schaerbeek : victime de notre surréalisme macabre

Ce dernier a eu le réflexe d’appeler du renfort et une seconde patrouille est arrivée sur les lieux. Elle a neutralisé l’auteur de l’agression en faisant feu sur lui. Les deux policiers blessés ont été transportés d’urgence à l’hôpital. Le premier, Thomas M., âgé de 29 ans, est décédé des suites de sa grave blessure au cou.

Le second, Jason P., âgé de 23 ans, a pu être soigné et est sorti de l’hôpital samedi après-midi.  Quant à l’auteur de l’attaque, Yassine M., âgé de 32 ans, il a été grièvement blessé à un bras et à une jambe et a dû être hospitalisé. Il a été placé samedi sous mandat d’arrêt. En raison de son état de santé, qui s’est entre-temps stabilisé, le suspect n’a pu être entendu par un juge d’instruction que lundi matin.

Cet homme, domicilié à Evere, s’était présenté, le matin des faits, dans un commissariat de sa commune. Il y a déclaré ressentir de la haine envers la police et demandé à être pris en charge sur le plan psychologique. Le parquet de Bruxelles avait alors fait transférer l’homme dans l’unité psychiatrique des Cliniques Universitaires Saint-Luc pour y être admis. Là, il a été confié au personnel soignant, mais il est parti de son plein gré peu de temps après être arrivé.

Sur le même sujet
Plus d'actualité