La Flandre renvoie au fédéral le problème des Ukrainiens dormant dans des gares

Le ministre flamand du Logement, Matthias Diependaele, a renvoyé jeudi vers le gouvernement fédéral le problème des Ukrainiens contraints de passer la nuit dans des gares. Selon lui, celui-ci n'assume plus l'accueil d'urgence dans les premiers jours.

Des réfugiés ukrainiens devant le centre Bordet, en mars dernier
Des réfugiés ukrainiens devant le centre Bordet, en mars dernier @BELGAIMAGE

Si de nombreux demandeurs d’asile connaissent la dure réalité de la rue, la situation est nouvelle pour les Ukrainiens. Depuis le début de la guerre, ces derniers bénéficient d’un statut de protection temporaire et suivent un parcours différent de celui des demandeurs d’asile.  Selon la procédure habituelle, après s’être enregistrés, ils se voient attribuer par Fedasil un lieu d’accueil dans l’une des trois Régions – généralement après une escale au centre de transit Ariane (Woluwe-Saint-Lambert).

Dans la première quinzaine d’octobre, Fedasil y hébergeait encore 250 Ukrainiens, mais il n’y accepte plus personne depuis. Le centre est surpeuplé parce que le flux vers les Régions est congestionné. Les Ukrainiens qui cherchent un abri doivent donc s’adresser directement aux CPAS, indique Fedasil. A Bruxelles, le Samusocial se dit très inquiet à l’aube de l’hiver, craignant un afflux des sans-abri, des demandeurs d’asile et maintenant des Ukrainiens, en quête d’un abri pour passer la nuit au chaud.

Les Régions pointées du doigt

La secrétaire d’Etat à l’Asile, Nicole de Moor, a pointé du doigt les Régions, particulièrement la Wallonie, qui n’auraient pas créé assez de places d’accueil. Dans l’opposition en Flandre, Groen a également visé le ministre du Logement. "On ne peut pas nier qu’il y ait un problème dans l’accueil régulier. Le niveau fédéral devait prévoir l’accueil d’urgence pour les premiers jours, ce qui laisse le temps à un transfert vers les Régions. Mais ce système s’est arrêté", a dit M. Diependaele (N-VA).

À lire aussi : Crise de l’accueil des réfugiés : "Chez Fedasil, on subit aussi la situation"

Selon lui, la Flandre tient ses engagements et va même au-delà. "Nous respectons totalement nos engagements. Nous prévoyons 80% de l’accueil d’urgence en Belgique, c’est au-delà de notre part", a-t-il ajouté. Le ministre flamand estime que de nouveaux accords sont nécessaires.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité