Asile: des ONG appellent le gouvernement à respecter ses propres engagements en matière d’accueil

Coordination et Initiatives pour Réfugiés et Etrangers (Ciré) et d'autres ONG appellent le gouvernement fédéral à respecter ses propres engagements en matière d'accueil des demandeurs d'asile, indiquent-elles par voie de communiqué mercredi. Selon elles, la situation s'est aggravée depuis le début de la crise de l'accueil et les autorités ne réagissent pas malgré les condamnations.

crise de l'accueil des réfugiés
© Belga Image

Le Ciré, Vluchtelingenwerk Vlaanderen, Médecins du Monde, Médecins Sans Frontières, Plateforme citoyenne, le Samusocial et Hub humanitaire Bruxelles déplorent le manque de réaction du gouvernement face à la situation qui s’aggrave.

Des familles avec enfants, des mineurs étrangers non accompagnés, des femmes seules et des personnes malades se retrouvent actuellement sans abri, alertent les ONG. A côté de l’épidémie de gale qui sévit parmi les demandeurs d’asile, de nombreux cas de diphtérie ont par ailleurs été constatés, poursuivent-elles.

A lire aussi: Comment la saturation de Fedasil fait vivre un calvaire aux demandeurs d’asile

La Cour européenne des droits de l’Homme a rappelé la Belgique à l’ordre. Les juridictions belges, dont la Cour d’appel de Bruxelles, condamnent quotidiennement Fedasil à respecter ses obligations, à savoir offrir un abri à tous les demandeurs d’asile, en vain. Malgré les annonces de mesures comme la création de nouvelles places d’accueil, un plan hiver ou la mise à disposition de fonctionnaires fédéraux, " les blocages politiques persistent (…) et conduisent le gouvernement à s’asseoir sur ses obligations légales comme sur les nombreuses condamnations judiciaires ", dénoncent les organisations.

A lire aussi: Asile: la Ligue des droits humains assigne l’Etat belge pour " crimes contre l’humanité "

Pourtant, près de 50 associations avaient proposé en septembre dernier des mesures pour sortir de cette crise. Parmi elles, l’activation du plan de répartition en aide financière auprès des CPAS, le traitement prioritaire par le Commissariat général des Réfugiés et des Apatrides (CGRA), la sortie du réseau des quelque 2.500 personnes qui y séjournent de plus de trois ans ou encore la mise à disposition de chambres d’hôtels pour certains demandeurs d’asile.

Combinées, ces mesures permettraient de fixer un horizon afin de garantir une mise à l’abri de toutes les personnes, le plus rapidement possible ", garantissent les ONG. De son côté, la Croix-Rouge appelle également les autorités à agir d’urgence. " Pas d’hébergement, pas d’eau, pas de nourriture et pas de sécurité pour toujours plus de personnes vulnérables qui demandent la protection internationale à la Belgique ", s’indigne-t-elle.

A lire aussi: Crise de l’accueil des réfugiés :  " Chez Fedasil, on subit aussi la situation " 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité