Mobilité à Bruxelles: la guerre des pétitions largement en faveur des pro-Good Move

Une pétition en faveur du plan Good Move a récolté plus de 5.000 signatures en un mois, là où les anti n'en récoltaient que 2.800 en deux mois.

plan Good Move à Bruxelles
© BelgaImage

C’est la guerre des pétitions et on constate que, par écrit, ce n’est pas forcément celui qui fait le plus de bruit qui ressort vainqueur. Au centre du jeu, le plan Good Move et ce qu’il implique pour Bruxelles: moins de voitures, une nouvelle manière de concevoir la ville, voire " l’orientation de toute notre société ", écrit Grégoire Legrain, à l’origine de la pétition en faveur du nouveau plan de mobilité.

" Dans quelle ville voulons-nous vivre demain ? Le problème écologique est-il réel, ou pas vraiment ? Y a-t-il une urgence, ou peut-on prendre encore un peu notre temps ? En assumant ces responsabilités, Good move est un de ces trop rares plans ambitieux. Il fait donc bien sûr grincer des dents… pourtant le statu quo est impossible et la contrainte, toujours impopulaire ".

A lire aussi : Plan Good Move à Bruxelles: les défenseurs de la sainte bagnole, ces rois du bashing

Il continue: " Ceux qui crient contre le changement se font toujours plus remarquer que les autres. Et nous risquons d’encore perdre 15 ans, tout simplement… Ils disent que tous les Bruxellois sont contre… C’est vrai ça ? " Grégoire a donc lancé une pétition pour que ceux qui sont en faveur du plan Good Move se fassent, eux aussi, entendre. Résultat, en un mois, elle a atteint son objectif de 5.000 signatures et vise désormais les 7.500 (6.214 signatures à l’heure d’écrire ces lignes).

>> Pour signer la pétition en faveur du plan Good Move

>> Pour signer la pétition contre le plan Good Move

Comment analyser ces chiffres?

Le fait est que cette pétition " pour " est une réaction aux invectives bruyantes et relayées dans les médias de ceux qui sont " contre " Good Move. On le sait, des protestations musclées ont eu lieu à Anderlecht et Schaerbeek, poussant le ministre-président bruxellois Rudy Vervoort à appeler au calme, voire appuyer sur le frein à mains pour " restaurer la sérénité ".

II y a deux mois, une pétition a été lancée pour demander la suppression du plan Good Move, visant les 5.000 signatures. A ce jour, le compteur reste coincé sous la barre des 3.000, à 2.875 signatures. Comme quoi, ce n’est pas forcément celui qui parle le plus fort qui représente le mieux la volonté populaire.

A lire aussi: Pourquoi tant de tensions autour du plan Good Move?

Sur le même sujet
Plus d'actualité