Bruxelles: la Porte de Hal, le Pavillon chinois et la Tour japonaise bientôt vendus?

Un document dévoilé aujourd'hui révèle la vente prochaine de ces emblèmes du patrimoine bruxellois, en laissant plusieurs questions en suspens.

Porte de Hal à Bruxelles
La Porte de Hal, à Bruxelles le 4 juin 2008 ©BelgaImage

Ce mardi, la VRT a rendu public une note à la résonance particulière pour les Bruxelles. Oui, les Musées royaux d’Art et d’Histoire (MRAH) comptent bien se séparer de trois bâtiments à la valeur symbolique forte: la Porte de Hal, le Pavillon chinois et la Tour japonaise. Une information confirmée par la RTBF qui a mené son enquête à la suite de ces révélations. Reste que cette décision, qui n’est pas encore tout à fait aboutie, pose la question de l’avenir de ces sites.

Des sites trop chers pour les MRAH?

Cela fait une dizaine d’années maintenant que les deux bâtiments inspirés de l’Asie, situés à proximité du château de Laeken, ne sont plus ouverts au public. Depuis, il est régulièrement question de rouvrir le musée qui s’y trouvait, sans que cela ne se réalise. Classés en 2019, ils voient aujourd’hui leur avenir encore remis en question. "Le gouvernement a indiqué qu’il voudra en 2021 trouver un exploitant/concessionnaire pour le site de Laeken et qu’il n’envisagera plus de rouvrir les Musées d’Extrême-Orient", est-il écrit. Quant à la porte médiévale du sud de la capitale, lieu de naissance des MRAH, il a beau avoir bénéficié d’une récente rénovation, sa "fermeture définitive" est également prévue. "Un transfert de ce bâtiment à la région ou à la ville leur permettrait de se concentrer sur le développement des deux musées (Art & Histoire et MIM) et du pavillon Horta-Lambeaux".

Contacté par la RTBF, le directeur général ad interim des MRAH confirme les faits qu’il justifie par un "calcul économique" vu les problèmes de personnel, le faible nombre de visiteurs à la Porte de Hal (16.000 par an) et un coût énergétique élevé. Le gouvernement ajoute qu’il est bel et bien prévu de se concentrer sur les autres musées existants des MRAH. La Régie des bâtiments avoue ne pas avoir de "vision stratégique" pour le devenir de la Porte de Hal. Pour ce qui est du Pavillon chinois et la Tour japonaise, outre le partenariat privé-public déjà discuté qui pourrait aboutir à une gestion de type AISBL, la région bruxelloise imagine pour ces lieux un salon de thé ou un espace communautaire.

Sur le même sujet
Plus d'actualité