Policier tué à Schaerbeek : l’auteur de l’attaque placé sous mandat d’arrêt

L'auteur des coups de couteau sur deux policiers jeudi soir à Schaerbeek a été placé sous mandat d'arrêt par le juge d'instruction.

L'auteur a été placé sous mandat d'arrêt
Schaerbeek, le soir du drame © Belga Image

Yassine M. n’a toutefois pas encore été entendu, a précisé le porte-parole, confirmant une information de la RTBF. Un médecin légiste l’a examiné et a constaté l’impossibilité de l’entendre, a-t-il expliqué, mais le juge d’instruction a délivré un mandat d’arrêt sur base des éléments dont il dispose déjà, comme le prévoit la législation.

Deux policiers de la zone de police Bruxelles-Nord qui patrouillaient en voiture dans le quartier de la gare du Nord à Schaerbeek, jeudi soir, ont été attaqués par un individu armé d’un couteau. L’assaillant a poignardé au niveau du cou le policier qui conduisait le véhicule, puis il s’en est pris au policier qui était passager, en le poignardant dans le bras. Ce dernier a eu le réflexe d’appeler du renfort, en précisant que l’agresseur avait crié " Allah Ouakhbar ". L’auteur a pu être neutralisé par une seconde patrouille qui a fait feu sur lui.

Les deux policiers blessés ont été transportés d’urgence à l’hôpital. Le premier, Thomas M., n’a pas survécu à sa grave blessure au cou. Le jeune policier de 29 ans est décédé. Le second, Jason P., a pu être soigné. Il est sorti de l’hôpital samedi après-midi.

A lire aussi : Policier tué à Schaerbeek: le point sur l’enquête

Déjà connu des services de police et de justice

Quant à l’auteur, Yassine M., un homme né en 1990 et vivant à Evere, il a également été hospitalisé. Il est déjà connu des services de police et de justice. Il a été condamné pour des faits de droits commun et incarcéré entre 2013 et 2019. Il se trouve également sur la liste de l’Organe de Coordination pour l’Analyse de la Menace (OCAM) comme individu extrémiste potentiellement violent.

Le matin des faits, il s’était présenté dans un commissariat d’Evere où il avait exprimé de la haine envers la police et demandé à être prise en charge au niveau psychologique. La police a dès lors contacté le magistrat de garde du parquet de Bruxelles, demandant de lancer la procédure de mise en observation psychiatrique, dite procédure Nixon. Mais il est apparu que les critères n’étaient pas remplis, compte tenu du fait que l’individu se disait prêt à se faire admettre à l’hôpital volontairement.

Une enquête est en cours sur cette agression mortelle, dirigée par le parquet fédéral. Un juge d’instruction antiterroriste a été désigné pour mener les investigations.

Sur le même sujet
Plus d'actualité