Policier tué à Bruxelles: le quartier Nord fermé la nuit pendant un mois

Suite à l'attaque qui a coûté la vie à un policier jeudi, les bourgmestres de Schaerbeek et de Saint-Josse vont prendre un arrêté interdisant toute activité commerciale dans la rue d'Aerschot entre 01h00 et 06h00 du matin.

Policier tué à Bruxelles: le quartier Nord fermé la nuit pendant un mois
Belga

Les établissements Horeca, les lieux de prostitution, les " night shops ", les " phone shops ", les librairies et les agences de paris situés dans la rue d’Aerschot, qui se trouve en majeure partie sur le territoire de Schaerbeek mais aussi sur celui ce Saint-Josse-ten-Noode, devront s’interrompre de 01h00 à 06h00. C’est ce qu’ont décidé les bourgmestres des deux communes à la suite d’une attaque mortelle dans cette rue jeudi soir, afin de permettre aux équipes de police de gérer la situation.

" Le quartier Nord est sous tension depuis trop longtemps ", s’est exprimée la bourgmestre de Schaerbeek, Cécile Jodogne. " Les chiffres de criminalité y sont plus importants que partout ailleurs sur le territoire de la zone de police Bruxelles-Nord. Pour la police, le travail est immense et bien plus lourd que ne peut le supporter une police zonale. Les tâches à prendre en charge dépassent largement ses missions normales et pallient l’absence très souvent dénoncée du Fédéral ", a-t-elle dit.

A lire aussi: Un policier tué lors d’une attaque au couteau à Schaerbeek

" C’est tout simplement impossible et inacceptable. J’ai dénoncé cela à de multiples reprises en m’adressant par écrit et oralement aux ministres de l’Intérieur, de la Justice et au secrétaire d’État à l’Accueil et à la Migration. Le résultat est totalement insuffisant ", a-t-elle affirmé, parlant d’urgence à prendre des mesures structurelles pour ce quartier.

Le ministre de la Justice pointé du doigt

Le ministre fédéral de la Justice, est pointé du doigt depuis jeudi, notamment par les syndicats policiers qui ont appelé à sa démission. Samedi, dans l’émission " De Ochtend " sur Radio 1, Vincent Van Quickenborne a lui-même répondu aux critiques selon lesquelles l’impunité règne à Bruxelles et dans d’autres grandes villes comme Anvers envers les violences contre la police. " À peine un mois après ma nomination, j’ai décidé d’introduire une directive de tolérance zéro pour toute violence à l’encontre de la police ", a-t-il rappelé.

" Après le choc, les émotions sont compréhensibles. Les faits de cette semaine doivent être éclaircis. Est-ce que quelqu’un s’est trompé dans toute la chaîne de décision? Tout doit remonter à la surface. Mais ce qui n’est pas permis, ce sont des syndicats menant une campagne de dénigrement contre Vincent Van Quickenborne sur les médias sociaux. Peut-on, s’il vous plaît, rester courtois? ", a de son côté réagi le président de l’Open Vld sur Twitter.

A lire aussi: Les cliniques Saint-Luc n’ont pas été informées de la dangerosité de l’agresseur

Une haie d’honneur pour le policier blessé Jason P.

De nombreux policiers de la zone de police Bruxelles-Nord, en uniforme, se sont rendus devant l’hôpital de l’Universitair Ziekenhuis van Brussel (UZ) à Jette, samedi après-midi. Formant une longue haie d’honneur, ils ont salué leur collègue qui sortait de l’hôpital, où il a été admis jeudi soir à la suite d’une violente agression au couteau à Schaerbeek, qui a coûté la vie à son co-équipier.

Une enquête est en cours sur ces faits, dirigée par le parquet fédéral. Un juge d’instruction antiterroriste a été désigné pour mener les investigations.

A lire aussi: Policier tué à Schaerbeek: le point sur l’enquête

Sur le même sujet
Plus d'actualité