Militer sur les réseaux sociaux a-t-il autant d’impact que les manifestations ?

La pétition en ligne est le mouvement social d’aujourd’hui. Utile ou contre-productif ? La réponse en vidéo.

© Adobe Stock

En 2022, se mobiliser pour une cause ne passe pas forcément par la rue. De nombreuses pétitions en ligne sont organisées et peuvent déboucher sur des actions concrètes. L’exemple le plus marquant en Belgique date de 2018: une pétition “Touche pas à mon dépistage” avait obtenu 25.000 signatures en 48 heures et avait poussé la ministre de l’époque Maggie De Block à suspendre un arrêté royal qui limitait le remboursement du dépistage du cancer du sein. En outre, certaines cartes blanches en ligne, écrites ou en vidéo, servent à sensibiliser les internautes à une cause.

“Il devient difficile d’attirer 50.000 personnes dans la rue. Cette perte de vitesse de la mobilisation de masse peut être en partie compensée par un militantisme digital. Les réseaux sociaux contribuent à l’engagement sans passer par des structures formelles. Le numérique est un outil important pour entretenir la militance même si, à un moment donné, il faut se retrouver physiquement pour attirer les médias, interpeller les politiques et montrer que manifester a un côté ludique”, analyse l’historien Pierre Tilly.

Retrouvez notre article Le grand ras-le-bol dans notre dernier numéro

Sur le même sujet
Plus d'actualité