Pourquoi frôle-t-on les 25°C en Belgique fin octobre?

Si nous connaissons parfois de hautes températures en octobre, les climatologues précisent que la chaleur actuelle est «particulière».

Lever de soleil à la campagne ©BelgaImage

Ce sont des températures dignes d’un temps estival… sauf que nous sommes fin octobre. À Bruxelles et Liège, il fera 23°C ce vendredi et même 24°C ce samedi. C’est bien au-dessus des températures maximales de saison, qui sont normalement aux alentours de 14,8°C pour cette période de l’année. Une douceur particulièrement marquée qui ne manque pas d’attirer l’attention des climatologues qui expliquent le mécanisme de cette arrivée d’air chaud.

Une plume de chaleur longue et intense

Comme l’explique l’Institut royal météorologique (IRM), la situation atmosphérique en Europe est à la base de ces hautes températures. Dans l’Atlantique nord, on trouve actuellement une zone de basse pression qui, tournant dans le sens des aiguilles d’une montre, pousse la chaleur du Maghreb vers le nord. En parallèle, une zone de haute pression postée sur l’Europe centrale "bloque le chemin des dépressions ou des zones de précipitations vers notre pays", précise l’IRM. Conséquence: il fait beau et chaud en même temps.

À lire: Qu’est-ce que le double jet-stream, cause de l’augmentation des canicules?

Cette configuration porte un nom: la "plume de chaleur". C’est ce que confirme France Tv Info qui a interrogé la climatologue Françoise Vimeux pour en savoir plus: "Cette remontée d’air chaud depuis l’Afrique du Nord, c’est une situation météorologique classique. Mais aujourd’hui, avec le réchauffement global de la planète, l’air qui nous vient du Sud est plus chaud que par le passé". L’IRM complète cette analyse: "La situation atmosphérique actuelle, où un flux d’air chaud et méridional atteint nos régions, est un phénomène météorologique qui peut se produire en automne et même en hiver. Ce qui rend cette situation particulière, c’est sa longue durée". La plume de chaleur était déjà le phénomène en cause dans certains épisodes de sécheresse au printemps et en été cette année.

À lire: Qu’est ce que la " plume de chaleur "?

Les pays qui sont les plus touchés par cette douceur marquée sont l’Espagne (où il faisait parfois 33°C ce jeudi en Andalousie et même 36,8°C à Melilla mardi dernier) et la France (avec près de 30°C à Biarritz). En Belgique, l’IRM estime qu’au vu des projections actuelles, la température moyenne à Uccle (où siège l’Institut) serait de 14,4°C pour ce mois-ci. Ce serait le plus chaud depuis le début des relevés en 1833. "La température maximale à Uccle est actuellement de 17,9 °C. En tenant compte des prévisions jusqu’au 31 octobre, octobre 2022 serait la deuxième température maximale la plus élevée depuis le début des relevés (en 1892) avec 18,4 °C, après octobre 1921 (19,0 °C)", conclut l’IRM.

À lire: Des températures hautes fin octobre : quelles conséquences pour la biodiversité ?

Sur le même sujet
Plus d'actualité