Extinction de l’éclairage public dès ce 1er novembre : 164 communes sont concernées

L'extinction de l'éclairage public est programmé dans 164 communes wallonnes, dès le 1er novembre

éclairage public ©BelgaImage
éclairage public ©BelgaImage

En réaction à la crise actuelle qui est à la fois énergétique, économique et environnementale, ORES a proposé à chacune de ses communes associées d’éteindre l’éclairage public communal du 1er novembre 2022 au 31 mars 2023, entre minuit et 5h00 du matin.

Participer à l’effort collectif de réduction de la consommation et diminuer l’impact de l’augmentation du coût de l’électricité sur les budgets communaux constituent les objectifs de la proposition du gestionnaire de réseaux.
ORES gère et exploite le parc d’éclairage public communal de 197 communes en Wallonie. À ce jour, 164 d’entre elles ont accepté la proposition de couper l’éclairage des voiries durant une partie de la nuit, dès cet automne. D’autres ont également marqué leur intérêt pour l’initiative, mais doivent encore formaliser leur décision.

Certaines entités ont adopté la démarche, tout en demandant à ORES le maintien de l’éclairage dans certaines zones particulièrement fréquentées la nuit ou accidentogènes. C’est par exemple le cas de Louvain-la-Neuve, dont le centre-ville est réputé pour sa vie nocturne intense.

À lire aussi : Wallonie: l’éclairage sur les autoroutes sera en grande partie éteint dès la semaine prochaine

Pour répondre positivement aux requêtes spécifiques des autorités locales visant à maintenir l’éclairage dans des périmètres bien définis, ORES procédera dans les prochaines semaines à quelque 2.000 interventions techniques sur ses cabines électriques.

La moitié des extinctions demandées sera effective dès la nuit du 1er novembre. Les autres seront programmées le 1er décembre, le temps de mener les travaux nécessaires sur le réseau pour maintenir certaines zones éclairées, mais aussi d’organiser les coupures en collaboration avec les gestionnaires de réseau limitrophes" , précise l’opérateur.

Par cette action, les communes participantes verront leur temps d’éclairage nocturne diminuer de 37 % durant quatre ou cinq mois, ce qui se traduira par une réduction globale de la consommation de l’ordre de 23.300 MWh et par une économie financière totale évaluée à près de 12 millions d’euros. Cette estimation est élaborée sur la base du prix actuel de l’électricité sur le marché, sans prendre en compte les spécificités des contrats des communes auprès de leur fournisseur.

En termes d’économie d’énergie, ORES a entamé, dès 2019, un plan de conversion aux diodes électroluminescentes (LED) des 460.000 points lumineux dont elle assure l’entretien et l’exploitation, ce qui entrainera à terme une diminution de 70 % de la consommation d’électricité dédiée.

Dans le futur, ORES souhaite poursuivre avec ses communes associées une réflexion sur le besoin d’éclairer là où il le faut, comme il faut, quand il le faut et au meilleur coût. Plusieurs pistes sont d’ores et déjà évoquées: adapter les régimes horaires classiques ou maintenir dans le temps les mesures de sobriété actuelles, identifier les éventuels excès d’éclairage pour mieux protéger la biodiversité, ou encore analyser les perspectives offertes par les nouvelles technologies de télégestion en termes de suivi des consommations et de gradation de la lumière selon les plages horaires et le calendrier" , conclut l’opérateur wallon.

Sur le même sujet
Plus d'actualité