Des chambres d’hôtel pour régler la crise de l’asile? voici ce qu’en pense Alexander De Croo

Face à l’afflux des réfugiés en Belgique, les écologistes ont proposé d’exploiter les hôtels et auberges de jeunesse.

Des chambres d’hôtel pour régler la crise de l’asile? voici ce qu’en pense Alexander De Croo
Alexander De Croo, le 11 octobre à la Chambre @BELGAIMAGE

Le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) a estimé, vendredi soir dans De Afspraak (VRT), que l’hébergement de demandeurs d’asile dans des chambres d’hôtel ne constituait pas une solution structurelle. Les écologistes, qui font partie du gouvernement fédéral, avaient demandé, jeudi, que des places d’urgence en logements privés (hôtels, auberges de jeunesse,…) soient proposées pour que des personnes vulnérables n’aient pas à dormir dehors, à l’approche de l’hiver.

Le conseil des ministres restreint a décidé vendredi d’aider Fedasil à rendre opérationnelles les places d’accueil disponibles, en mettant à disposition de l’agence fédérale en charge de l’accueil des demandeurs d’asile 150 agents provenant d’autres services. "Avec une septantaine de personnes, environ 1.500 places peuvent être libérées", a calculé M. De Croo.

Il n’est toutefois pas toujours facile de trouver du personnel, selon lui.  Le Premier ministre ne s’est pas montré favorable à ce que des chambres soient utilisés comme hébergement. "Je sais qu’un certain nombre d’ONG y ont eu recours comme abri d’urgence, mais ce n’est pas une solution et elles l’ont fait sans l’approbation du cabinet" de la secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration Nicole de Moor (CD&V).

À lire aussi : "Chez Fedasil, on subit aussi la situation"

" Nous sommes en fait confrontés à une crise migratoire, mais on y prête moins d’attention parce qu’il y a deux ou trois autres crises qui ont lieu en même temps", a relevé M. De Croo.

 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité