Budget fédéral: c’est de nouveau la santé qui trinque

Alors que la pandémie l'avait fait promettre de choyer le secteur, la Vivaldi va réduire le budget santé pour faire des économies. Explications.

lit d'hopital
© Adobe Stock

Les temps sont durs, ma bonne dame! A qui le dites-vous? Au temps déjà lointain de la pandémie de Covid-19, la promesse était lancée: plus jamais on ne sous-estimerait le secteur des soins de santé. Les coupes cesseraient, on allait choyer les hôpitaux, chérir les médecins! Quelques mois et une inflation à 10% plus tard, le discours a changé.

Pour boucler son budget fédéral, la Vivaldi se devait de trouver de l’argent. Et à ce petit jeu, c’est une nouvelle fois le budget santé qui trinque. On parle d’une réduction de 700 millions d’euros. En vérité, c’est un peu plus subtile que cela. Le budget santé augmente chaque année pour faire face au vieillissement de la population (et aux pandémies qui arrivent sans prévenir…). C’est l’augmentation de ce budget qui va être réduite de 2,5% à 2% en 2024. Economies estimées par le gouvernement d’une telle mesure: 700 millions d’euros.

" Les hôpitaux vont se retrouver en grande difficulté "

Pour Pierre Gillet, directeur général du CHU de Liège, interrogé sur RTL, cela revient au même: " Le secteur infirmier est sous-valorisé. La législature précédente avait réduit et quasiment annulé cette norme de croissance. Si on rajoute à cela le coût de l’énergie et l’hyperinflation et cette nouvelle coupe budgétaire, les hôpitaux et le secteur de soins de santé en général vont être en difficulté ".

Le gouvernement a promis des aides pour faire face aux coûts énergétiques, mais l’enveloppe de 168 millions d’euros ne couvrira pas les frais. " On estime que les hôpitaux vont subir une augmentation de facture de 450 à 500 millions d’euros au niveau fédéral ", dit Gauthier Saelens du Grand Hôpital de Charleroi. " C’est sûr que les hôpitaux vont se retrouver en grande difficulté dans les mois à venir ".

Sur le même sujet
Plus d'actualité