Vie privée: comment les apps de stationnement peuvent vous localiser (même si vous ne les utilisez pas)

Un hacker éthique a mis en lumière les failles de certaines applications de stationnement en Belgique.

Vie privée: comment les apps de stationnement peuvent vous localiser (même si vous ne les utilisez pas)
@BELGAIMAGE

"La plupart des applications de stationnement n’offrent aucun moyen d’empêcher les autres de saisir et de suivre votre plaque d’immatriculation sans que vous ne le sachiez". Voilà le constat du site notmyplace.com, mis en place par Inti De Ceukelaire. Ce hacker éthique alerte sur le laxisme en matière de traitement des donnée à caractère personnel de certaines applications de stationnement.

Selon l’expert, un esprit mal intentionné pourrait en effet exploiter ces failles pour vous espionner et vous suivre à la trace dans tous vos déplacements, sur base de la plaque d’immatriculation de votre véhicule. Et ce, que vous utilisez ou non ces "apps". Moyennant donc votre plaque d’immatriculation ainsi que le modèle de votre véhicule, il est possible de vous traquer, vu la prolifération des caméras ANPR (Automatic Number Plate Recognition) dans les parkings et l’espace public.

Un tracking même à l’étranger

L’Avenir a fait le test : en créant un compte sur une application comme Q-Park, il est possible d’y associer une plaque d’immatriculation sans aucune vérification, donc que vous en soyez ou non le propriétaire. Conséquence : lorsque vous entrez dans un parking Q-Park équipé de caméras ANPR, "l’espion" reçoit une alerte sur l’app Q-Park.

Par ailleurs, Inti De Ceukelaire a mené une expérience entre juin et septembre 2022, à l’aide de 120 volontaires. Résultats : en cent jours, le hacker a été en mesure de repérer 29% des véhicules impliqués, grâce à trois techniques permettant à des personnes non autorisées de localiser des véhicules sur la base de leur plaque d’immatriculation. Durant l’expérience, le hacker explique avoir par exemple pu retrouver un citoyen belge à plus de 1000 kilomètres de chez lui, près de la frontière espagnole.

Pour se protéger de cette espionnage via la plaque d’immatriculation, il n’existe pas de solution miracle, avançait l’expert. Parmi les rares possibilités : écrire aux sociétés qui récoltent ces données sensibles, pour exiger le respect du RGPD (règlement général sur la protection des données), ce que propose le site notmyplate.com, via un formulaire automatisé, par contacter d’un coup d’un seul Easypark, Q-Park, Indigo Neo, Interparking et Apcoa. Ce texte automatiquement généré " (…) a été rédigé par des juristes spécialisés dans la protection de la vie privée, mais il n’est assorti d’aucune garantie", prévenait toutefois Inti De Ceukelaire.

Sur le même sujet
Plus d'actualité