Pourquoi Vincent Van Quickenborne retire la reconnaissance de l’Exécutif des musulmans

L'Exécutif des musulmans de Belgique ne sera plus subventionné par l'Etat. Vincent Van Quickenborne lui retire se reconnaissance.

Vincent Van Quickenborne
©Belgaimage

Depuis octobre 2020, l’organe de représentation du culte islamique en Belgique est dans le viseur du ministre. Un rapport de la Sûreté de l’État avait alors pointé du doigt des ingérences étrangères au sein de cette institution. Parallèlement, sa gestion était mise en cause pour son manque de transparence et sa confiscation par une poignée de membres.

Face aux problèmes constatés, le ministre Vincent Van Quickenborne a mis deux fois en demeure l’Exécutif de mettre fin aux manquements constatés. Des réunions de concertation ont également eu lieu.  " Malgré de nombreuses promesses, les mesures nécessaires à cette fin n’ont toujours pas été prises à ce jour. De ce fait, la communauté musulmane de notre pays ne dispose toujours pas de la représentation à laquelle elle a droit, ce qui entrave l’intégration des musulmans dans notre pays ", a expliqué le ministre.

Un appel à la communauté musulmane 

Un appel est lancé à la communauté musulmane à " s’organiser de manière transparente, indépendante et pluraliste, sur la base de la liberté religieuse et du caractère démocratique et libre de notre société ". En vertu de la séparation de la religion et de l’État, " seules les communautés religieuses sont en mesure de créer un organe représentatif en tant qu’interlocuteur du gouvernement ".

" Je n’ai encore jamais vu un tel amateurisme. Et cela, en plus, pour un organisme qui joue un rôle crucial pour la communauté musulmane de notre pays. La communauté musulmane mérite mieux, c’est pourquoi j’ai décidé de retirer la reconnaissance de l’EMB. Nous voulons ainsi ouvrir la voie à un exécutif musulman véritablement représentatif, transparent et professionnel. Tant qu’il n’y aura pas de nouvel EMB, aucune nouvelle subvention ne sera versée, comme c’était déjà le cas pour les moyens prévus pour 2022″, a conclu le ministre.

Sur le même sujet
Plus d'actualité