Polémique Maouane: réactions de la co-présidente Ecolo et de l’éditeur du manuel scolaire

La co-présidente d'Ecolo a répondu aux critiques suite à la parution de son interview dans un manuel scolaire jugé problématique, tout comme l'éditeur.

Rajae Maouane à Bruxelles
Rajae Maouane le 13 janvier 2020 à Bruxelles lors d’une réunion du parti Ecolo ©BelgaImage

La ministre de l’Education Caroline Désir (PS) a demandé jeudi l’ouverture d’une enquête administrative après la publication d’une interview de la co-présidente d’Ecolo Rajae Maouane dans un manuel scolaire destiné aux élèves du secondaire inférieur. À la suite de ces critiques, Rajae Maouane a décidé de riposter via les réseaux sociaux. L’éditeur a lui aussi tenu à réagir.

Jeholet: "la propagande politique n’a pas sa place dans les écoles"

Publiée sur quatre pages au chapitre 7 du nouveau manuel Tangram 2 (cours de français) paru aux éditions Plantyn, cette longue interview de Rajae Maouane sert de base à un exercice où les élèves doivent restituer la chronologie des informations livrées par la responsable politique. Interrogée par l’équipe de Tangram elle-même, l’écologiste y répond à une série de questions sur son parcours, ses priorités politiques, ses modèles, etc. La présence de cette interview dans un manuel scolaire a rapidement suscité la polémique.

"Sur base des informations dont nous disposons à ce stade, la situation mérite clairement une enquête approfondie", a réagi la ministre Désir. Cette enquête a pour objectif de vérifier la compatibilité du manuel avec la charte à laquelle sont soumis les éditeurs ainsi qu’avec les principes de la loi sur le pacte scolaire, qui interdit toute propagande politique à l’école, rappelle son cabinet. Et d’ajouter: "si cette enquête met en évidence que la législation n’est pas respectée, une procédure de retrait de l’agrément du manuel sera entamée".

Sur Twitter, le ministre-président de la FWB, Pierre-Yves Jeholet (MR), a égratigné tant l’éditeur que la co-présidente d’Ecolo. "Un éditeur qui diffuse de la propagande politique dans les manuels scolaires n’a pas sa place dans les écoles. Et avoir accepté cette interview est au mieux une maladresse, au pire une faute", a jugé le Hervien. Contactées, les éditions Plantyn n’étaient pas immédiatement joignables jeudi pour commenter leur choix éditorial.

Maouane: "Je ne suis pas responsable des choix éditoriaux des rédacteurs et éditeurs"

Sur Twitter, la co-présidente d’Ecolo a réagi à la polémique. "J’ai reçu une sollicitation pour une interview sur mon parcours, mes centres d’intérêts et mes priorités politiques. J’y ai, bien sûr, répondu positivement. Je savais que cette demande s’inscrivait dans un projet de rédaction de manuel scolaire dans lequel il y aurait une séquence intitulée ‘Sois Belge une fois’", explique-t-elle, tout en assurant qu’elle ne savait pas si d’autres personnalités politiques avaient été interviewées comme elle ou pas.

"Je ne suis bien sûr pas responsable des choix éditoriaux des rédacteurs et éditeurs dont je respecte à 1000% la liberté éditoriale. Par ailleurs, bien au-delà de la question de mon parti, c’est important pour moi de montrer aux jeunes que la politique peut aussi être le terrain des jeunes, mais aussi des femmes. Créer des inspirations pour renforcer la démocratie est important à mes yeux, pour que la classe politique soit le plus possible représentative de la population".

L’éditeur admet une erreur

Les éditions Plantyn ont reconnu jeudi un "manque de vigilance évident" après la publication de l’interview de la co-présidente d’Ecolo Rajae Maouane dans un de ses manuels scolaires, lequel sera adapté dans les prochains jours, ont-elles annoncé jeudi. "La diffusion d’une interview d’une personnalité politique dans l’un de nos manuels scolaires constitue une véritable erreur humaine que nous regrettons et dont nous entendons pleinement assumer la responsabilité", a commenté l’éditeur sollicité par Belga. "Cette interview s’intègre dans un vaste et ambitieux processus pédagogique développé tout au long du manuel. Nous estimions pertinent d’évoquer le parcours de cette femme issue de la diversité et comptant aujourd’hui parmi les principales personnalités politiques du pays. Si l’intention didactique est louable et ne revêt en aucun cas une volonté de propagande politique, elle contrevient directement aux règles clairement définies en matière de contenus politiques dans les écoles", reconnaît l’éditeur.

"Il est évident que cette interview n’a pas sa place dans un manuel scolaire dès lors qu’elle contrevient au souci constant de neutralité que Plantyn veille à garantir dans l’ensemble de ses ouvrages. Sa publication met en lumière un manque de vigilance évident de la part des équipes éditoriales en charge du projet. Plantyn veillera à revoir ses processus internes de contrôle éditorial afin que pareille erreur ne puisse plus se reproduire à l’avenir". En conséquence, une version revue et corrigée du manuel en question, le Tangram 2 (cours de français destiné au secondaire inférieur), sera proposée "dans les prochains jours" en libre accès via la plateforme Scoodle à l’ensemble des écoles. Il sera ensuite transmis en version papier aux écoles qui ont fait l’acquisition du manuel. En attendant ces modifications, Plantyn invite les enseignants concernés "à postposer le traitement du chapitre litigieux et à le retirer du manuel".

Sur le même sujet
Plus d'actualité