Aides aux ménages, réduction de la consommation publique: voici ce que devrait décider le Codeco Énergie

La chaîne LN24 a révélé quelles mesures devraient être édictées à l'issue du Codeco Énergie de ce 31 août.

Alexander De Croo et Tinne Van der Straeten
Le Premier ministre Alexander De Croo et la ministre de l’Énergie Tinne Van der Straeten, à Bruxelles le 30 août 2022 ©BelgaImage

Ce mercredi 31 août 2022, le gouvernement doit tenir son comité de concertation (Codeco) pour faire face à l’inflation des prix de l’énergie. Mais alors que les autorités ne se sont pas officiellement prononcées sur ce qu’il est exactement prévu de faire, la chaîne LN24 révèle via son journaliste Martin Buxant que plusieurs propositions auraient déjà été actées. Des mesures qui concernent à la fois la réduction de consommation d’électricité, la sécurité de l’approvisionnement en gaz et électricité, ainsi que la régulation des prix et la tarification.

Une sobriété énergétique, des apports en gaz garantis et du nucléaire

Au niveau de la consommation nette en énergie, le gouvernement fédéral vise surtout les bâtiments publics. Il prévoirait ainsi d’y diminuer la température à 19 degrés, de limiter l’usage de la climatisation à un plafond de 27 degrés, et d’installer des détecteurs de mouvements pour éviter d’allumer lorsqu’il n’y a personne dans les locaux. Les bâtiments fédéraux et les monuments devraient eux aussi éteindre leurs lumières entre 19h du soir et 6h du matin. Pour le reste, LN24 ne fait en l’état pas mention de mesures visant les particuliers.

Concernant l’approvisionnement, la chaîne d’informations sort plusieurs chiffres. Pour le gaz, la consommation actuelle de pointe en Belgique est de 47,8 GWh/h et notre pays pourrait importer près de 62,15 GWh/h de gaz naturel via la Norvège et le Royaume-Uni, sans compter la sollicitation du stockage souterrain de gaz à Loenhout lorsqu’il fait froid. Il n’y aurait donc pas de crainte à se faire sur la capacité des autorités à satisfaire la demande.

L’approvisionnement en électricité devrait quant à lui être assuré par la prolongation des réacteurs nucléaires de Tihange 3 et Doel 4 pour dix ans supplémentaires. Concernant Tihange 2, le gouvernement demanderait à l’exploitant du site, à savoir Engie, d’imaginer un arrêt définitif pour le 31 mars 2023 au plus tard et ce avec une sécurité nucléaire suffisamment garantie. Elia, gestionnaire du réseau de transport d’électricité à haute tension en Belgique, devrait pour sa part être chargé de préparer une enchère pour la gestion de la demande et les batteries.

Surprofits, aides aux ménages, etc.

Reste la question de la régulation des prix et de la tarification. A priori, le gouvernement compterait essentiellement sur une prolongation des mesures déjà existantes. Seraient ainsi adoptées l’extension du groupe cible pour les tarifs sociaux, la TVA de 6% sur l’électricité, la chaleur et le gaz, mais aussi la réduction des accises sur l’essence et le diesel pour le premier trimestre 2023. Sur le sujet brûlant des surprofits des entreprises énergétiques, l’État devrait les "écrémer" via une contribution à la distribution, compensée par un niveau de marge bénéficiaire brute encore à déterminer. Fin septembre, des experts devraient remettre une proposition supplémentaire sur le sujet et le gouvernement examinera alors à nouveau la question.

Le Codeco déciderait également d’entamer une discussion avec les fournisseurs d’énergie. Le but: faire en sorte que les consommateurs aient la possibilité d’obtenir des plans de remboursement sur simple demande, et trouver des mesures appropriées pour les entreprises et PME via une table ronde avec le patronat. Enfin, pour clôturer, le fédéral devrait envisager la possibilité d’un report du remboursement des prêts hypothécaires pour les ménages les plus affectés par l’inflation des prix de l’énergie.

Sur le même sujet
Plus d'actualité