Sortie du nucléaire : " Ne pas démanteler Doel 3 et Tihange 2 ! ", demande Egbert Lachaert (OpenVLD)

La sortie du nucléaire est toujours en débat en Belgique. Les anciennes décisions sont remises en question alors que la crise énergétique pèse.

Sortie du nucléaire :
©Belgaimage

Le gouvernement devrait demander à Engie, opérateur des centrales nucléaires belges, de ne pas démanteler les réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 de manière irréversible. C’est en tout cas l’avis d’Egbert Lachaert, président du parti du Premier ministre, réagissant samedi via Twitter à la lettre ouverte du personnel des centrales.

Engie a déjà répété que prolonger ces deux réacteurs n’est pas à l’ordre du jour, pour des raisons techniques et de sécurité entre autres. Comme le veut la loi, ils seront donc arrêtés définitivement dans les prochains mois (l’un en septembre, l’autre en février). Engie continue en revanche de négocier avec le gouvernement la prolongation pour plusieurs années des réacteurs les plus récents, Doel 4 et Tihange 3.

" Réévaluer d’anciennes décisions "

Dans la majorité, MR et N-VA ne font pas mystère de leur désir de prolonger davantage que deux réacteurs.  Pour l’Open Vld, Egbert Lachaert indique en tout cas souhaiter qu’il n’y ait pas d’agissement d’Engie qui rende l’arrêt de Doel 3 et Tihange 2 irréversible, donc pas de démantèlement. " Nous connaissons actuellement une situation de guerre et crise énergétique inédite, où il est nécessaire de pouvoir réévaluer d’anciennes décisions ", indique-t-il. " Nous devons garder ouvertes toutes les portes, en ce qui concerne la production d’énergie abordable ".

Sur le même sujet
Plus d'actualité