La libération de Michelle Martin suscite la colère de Jean Lambrecks

Jean Lambrecks, le père d'Eefje, kidnappée et assassinée par Marc Dutroux, réagit avec colère et indignation à l'annonce de libération de Michelle Martin.

Michèle Martin
Souvenir de la marche de protestation en 2012, au moment d’une potentielle libération du couple Dutroux-Martin, © Belga Image

Lex-femme de Marc Dutroux sera libérée vendredi sans conditions. Elle avait été condamnée en 2004 à 30 ans de prison par la cour d’assises d’Arlon pour complicité dans les crimes commis par son ex-mari, lui-même condamné à la perpétuité pour enlèvement, torture, viol et meurtre sur des fillettes et des adolescentes. Six victimes avaient eu à subir ses atrocités et 4 d’entre elles n’y avaient pas survécu.

" Même si je savais que ce jour viendrait, je suis indigné ", a réagi Jean Lambrecks à l’annonce de cette libération. " J’ai déjà passé d’innombrables heures à étudier l’affaire. Il est tout à fait évident qu’elle est coupable de bien plus que ce que la version officielle ne le laisse supposer. Elle a activement collaboré aux viols en endormant, entre autres, les victimes. Tel qu’elle l’avait fait, par exemple, avec deux sœurs slovaques que Dutroux avait soi-disant invitées en Belgique pour des vacances ".

" Je ne comprends pas pourquoi la loi du 17 mai 2006 relative au statut juridique externe des détenus n’a pas été revue à la lumière de l’affaire qui l’a suscitée. Si cela avait été le cas, nous aurions vu que Michelle Martin avait un lourd casier judiciaire avant même de commettre ces actes.

Toute cette situation est très déprimante ", a encore ajouté le père d’Eefje, avec le soutien de sa compagne Els Schreurs.  Incarcérée depuis 1996, Martin avait bénéficié d’une libération anticipée sous conditions en août 2012, après 16 ans d’enfermement.

Sur le même sujet
Plus d'actualité