Un chercheur belge pirate la société d’Elon Musk, voici sa récompense

Lennert Wouters, doctorant à la KU Leuven, a réussi à pirater une antenne parabolique de Starlink, le réseau de satellites de SpaceX. L'entreprise d'Elon Musk a récompensé le hackeur belge avec un chèque de 12.000 dollars.

Elon Musk Belgique Starlink piratage SpaceX hacker KU Leuven
Elon Musk @BELGAIMAGE

Une antenne parabolique, un circuit imprimé à 25 dollars et "beaucoup de patience" : c’est tout ce qu’il a fallu à Lennert Wouters pour pirater le service Starlink du milliardaire Elon Musk. Ingénieur industriel de formation, ce doctorant de la KU Leuven a révélé lors de la Black Hat, une conférence sur la cybersécurité à Las Vegas, une importante faille de sécurité dans le réseau de satellites de SpaceX.

"Nous trouvons l’attaque techniquement impressionnante. Nous pensons que c’est le premier de ce type sur notre système", a reconnu Starlink dans un communiqué. Pourquoi avoir testé la sécurité de Starlink ?

Préparant un doctorat doctorat sur la sécurité matérielle au COSIC, le groupe de recherche sur la sécurité numérique et la cryptographie de la KU Leuven, Lennert Wouters s’occupe "du côté offensif: trouver des fuites dans l’électronique, a-t-il expliqué. D’autres collègues sont du côté défensif et protègent les systèmes. Mais vous ne pouvez pas construire une défense sans savoir comment fonctionne une attaque". "Il s’agissait au départ d’un projet secondaire. Je ne savais pas si quelque chose en ressortirait", a-t-il précisé.

Prime aux bugs

Comme le chercheur l’expliquait lui-même, il n’a pas à proprement parler piraté un satellite Starlink. Mais en s’immisçant tout de même dans les systèmes de l’entreprise, le Belge a dévoilé une faille importante. "Nous fournissons des systèmes Starlink dans le monde entier. Il est difficile, voire impossible, de rendre les dispositifs complètement étanches", s’est justifié la société dans son communiqué.

Pour avoir débusqué la faille (et avoir prévenu la compagnie américaine), Lennert Wouters a reçu une récompense de 12.000 euros. "SpaceX dispose même d’un programme de " primes aux bugs ". Nous avons signalé deux problèmes, pour lesquels nous avons reçu 8.000 et 4.000 dollars. Si la recherche a eu lieu pendant les heures de travail, l’argent est destiné à l’université. Nous n’avons pas encore parlé de cela", a précisé le doctorant Flamand.

Sur le même sujet
Plus d'actualité