Sécheresse: peut-on encore faire un barbecue et est-ce vraiment risqué?

Les autorités ont serré la vis pour éviter que des barbecues ne déclenchent des feux de forêt, ce qui arrive bel et bien.

Illustration d'un barbecue
Illustration d’un barbecue @BelgaImage

Ce week-end, le soleil brillera et la tentation sera grande d’allumer un barbecue pour profiter des températures plus basses du début de soirée. Mais attention: en raison de la sécheresse, ce moment convivial pourrait dégénérer en incendie. C’est ce qui s’est passé ce mercredi près du barrage de la Gileppe, où un barbecue mal éteint a détruit près de 1.500 m² de végétation. Pour prévenir des incidents similaires, les autorités ont mis en place des mesures qui interdisent certains barbecues.

Parfois interdit, parfois pas

Depuis cette semaine, toutes les provinces wallonnes ont coordonné leurs interdictions à la matière, en se calquant sur celles qui avaient déjà pris les devants auparavant. Il est donc désormais interdit d’allumer son barbecue dans le domaine public ou en forêt, y compris lorsqu’il existe une aire aménagée à cet effet. Le risque est jugé trop grand au vu de l’état d’assèchement de la végétation. Cette mesure rejoint ainsi l’interdiction des feux en plein air (qu’ils soient allumés dans un espace public ou privé, même dans un jardin), des feux d’artifice, des décollages de lanternes et des feux de veillées dans les camps de jeunesse.

Il reste pour autant possible d’allumer un barbecue dans les cours et jardins privés, comme pour les braseros. Certaines communes donnent des limitations supplémentaires, comme pour les barbecues allumés à moins de 100 mètres d’une zone forestière. Si cela vous concerne, vous devez vous renseigner au cas par cas sur la législation en cours dans votre localité.

Une série de mesures de précautions

Même quand vous pouvez organiser votre petit barbecue chez vous, les pompiers appellent néanmoins à la vigilance. Avec ne serait-ce qu’un peu de vent, il est facile pour une braise de finir sur votre pelouse complètement grillée par les rayons du soleil. Quelques règles de précaution s’imposent donc. On peut notamment citer la surveillance constante du barbecue, son installation au plus loin d’une zone à risque (végétation sèche, matière inflammable, etc.), une vigilance accrue en cas d’utilisation de combustibles d’allumage, ainsi que la présence d’une prise d’arrosage fonctionnelle ou d’une réserve d’eau (par défaut, du sable en quantité suffisante). Une fois les aliments cuits, utilisez l’arrosage pour l’éteindre. Enfin, il ne faut surtout pas rentrer directement le barbecue à l’intérieur d’une cabane de jardin par exemple. La chaleur persiste souvent et une reprise n’est pas exclue. Veillez en ce sens à ce que les braises soient bien refroidies. En cas de départ de feu, en plus d’appeler les secours d’urgence via le 112, faites attention à ne pas vous mettre en danger si vous tentez de l’éteindre (avec de l’eau, du sable ou de la terre). Protégez-vous aussi des fumées avec un linge humide sur votre nez. Si le feu n’est pas maîtrisé, veillez à ce que les secours aient un accès libre jusqu’à l’endroit en question.

Cette liste de mesures de précaution est peut-être longue mais elle se justifie. Les autorités françaises insistent par exemple avec une série de chiffres parlants. Il s’avère ainsi que "90% des départs de feux sont d’origine anthropique, 80% se déclenchent à moins de 50 mètres des habitations, et plus de 50% pourraient être évités en appliquant les bons gestes au quotidien". En Belgique, les mesures d’interdiction ou de limitation des facteurs de risques d’incendies devraient persister jusqu’au 31 août.

Sur le même sujet
Plus d'actualité