Fedasil condamnée six fois par jour pour défaut de places d’accueil

La justice belge ne cesse de pénaliser le gouvernement pour ses manquements à l'accueil de demandeurs d'asile obligés de dormir en rue.

Fedasil à Petit-Château
Demandeur d’asile à Petit-Château @Belga Image

Chaque nuit, des dizaines de demandeurs d’asile doivent dormir dans la rue car les centres d’asile belges sont complets. Ce défaut de places a déjà donné lieu à plus de 1.200 condamnations cette année, soit près de six par jour, écrit Het Laatste Nieuws lundi.

Le gouvernement fait appel

Fedasil, l’agence fédérale en charge de l’accueil des demandeurs d’asile, est légalement tenue de fournir un lit, un bain et du pain aux demandeurs jusqu’à ce que leur dossier soit traité. Elle n’est cependant pas en mesure de respecter cette obligation et a déjà écopé d’au moins 1.216 condamnations depuis le début de cette année, confirme le porte-parole Benoit Mansy. Et ce nombre augmente chaque jour.

Les amendes peuvent aller jusqu’à 5.000 euros par jour mais le gouvernement fédéral fait appel de ces condamnations. Le cabinet de la secrétaire d’Etat Nicole de Moor (CD&V) rappelle que la politique actuelle vise à éviter à tout prix les astreintes. La Belgique compte 30.500 places d’accueil. Début juillet, le gouvernement fédéral a décidé de libérer 750 places d’urgence supplémentaires mais celles-ci aussi seront bientôt occupées. "Nous constatons que la migration vers l’Europe augmente à nouveau", explique Dirk Van den Bulck, patron du Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA). "La Belgique est actuellement plus populaire que la plupart des autres pays de l’UE".

Sur le même sujet
Plus d'actualité