Que signifie être riche pour les Belges?

À côté de la richesse financière, les Belges se satisfont également de leurs relations sociales et familiales, de leur éducation ou de la culture.

richesse
La richesse n’est pas seulement financière. © Unsplash

Bernard Keppenne, chef économiste à CBC Banques et Assurances, est le seul parmi les économistes interrogés dans le cadre de ce dossier à avoir, avant toute considération monétaire et financière, définit la richesse comme étant sociale, culturelle et éducative. Sa position vient confirmer un sondage français de 2017. À la question “Que signifie être riche?”, les sondés avaient avant tout (48 %) répondu que la richesse était liée au travail et à l’argent. Cependant, une partie non négligeable d’entre eux (32 %) estimaient qu’il s’agissait “d’avoir des relations”.

On a vu, par exemple pendant la pandémie, que l’absence de culture nuit au bien-être. “On a besoin de culture, de cette ouverture du monde. La richesse, c’est aussi la diversité sur tous les plans. Les données économiques prouvent par exemple que plus une entreprise est diversifiée en termes de genre, d’ethnie ou d’âge, plus elle est performante. Cela crée une émulation permanente”, développe-t-il. Par ailleurs, la richesse correspond au diplôme et à la position dans la société. Or, pour la tranche de référence 30-34 ans, 49,9 % de la population possède un diplôme de l’enseignement secondaire. Ce patrimoine académique favorise incontestablement l’élévation sociale et, d’une certaine manière, l’accès à la richesse.

Bernard Keppenne conclut: “Il serait inopportun de limiter la question de la richesse à des considérations financières. La littérature économique démontre qu’il y a une limite qui fait que les augmentations de salaire n’apportent plus de satisfaction. Les gens ne sont pas plus heureux avec plus d’argent. Au contraire, de nouveaux tracas s’imposent car on se demande ce qu’on va faire de son argent.”

Sur le même sujet
Plus d'actualité