Attentats de Paris et de Bruxelles: où Salah Abdeslam va-t-il purger ses peines?

Salah Abdeslam est fixé sur son sort après le procès des attentats de Paris. Celui de Bruxelles débutera en octobre prochain. Mais où sera-t-il emprisonné?

Procès attentat paris
© Belgaimage

La Cour d’assises de Paris a rendu son verdict ce mercredi dans le cadre des attentats du 13 novembre 2015 perpétrés dans les rues de la Ville lumière. Tous les regards étaient tournés vers le dernier survivant du commando meurtrier: le Belge Salah Abdeslam. La perpétuité incompressible. C’est la peine qu’a prononcée le Président de la Cour. Concrètement, cela signifie trente ans d’incarcération avec une période de sûreté illimitée.

"Des conditions impossibles à tenir"

"Au bout des trente ans, les conditions à remplir pour sortir sont impossibles à tenir. Il n’en reste pas moins que cette possibilité existe", confie Guillaume Lys, avocat pénaliste.

En 2018, ce sont les tribunaux belges qui condamnaient Salah Abdeslam, à 20 ans de prison cette fois. Il devait alors répondre de tentative d’assassinat lors de la fusillade de la rue du Dries à Forest. Fusillade qu’il avait entamée avec les forces de l’ordre le 15 mars 2016. D’ici quelques mois, il reviendra devant les juridictions belges dans le cadre des attentats de Bruxelles, où il risque là aussi une peine particulièrement lourde.

Des négociations entre pays

Pour purger ce chapelet de condamnations, la Belgique et la France doivent s’accorder. "Ce sont les parquets des deux pays qui négocient la solution la plus optimale", remarque Me. Lys. "C’est déjà ce qu’il s’est passé après sa première condamnation en Belgique. Les 20 ans de réclusion auraient dû être exécutés sur le territoire belge dès l’énoncé de la décision de justice. Mais la France a rapidement demandé son extradition dans le cadre de la préparation du procès parisien. Il a donc été en détention préventive en France jusqu’au verdict de ce mercredi."

L’avocat pénaliste précise: "Le critère d’exécution d’une peine n’est pas toujours la peine la plus datée chronologiquement. Dans le cas présent, les parquets ont peut être choisi le critère du fait le plus grave, ou de la condamnation la plus forte pour ordonner l’exécution des peines."

Salah Abdeslam purgera d’abord en France la condamnation française. "Il en a donc pour 30 ans au moins. Et dans le meilleur des cas pour lui, s’il parvient à sortir sous conditions, il reviendra en Belgique purger ses 20 ans."

Aucune peine purgée en Belgique? 

Mais ce schéma fait fi du procès d’octobre prochain qui se tiendra à l’ancien siège de l’OTAN à Bruxelles. "La Belgique pourrait demander un prêt du détenu le temps de la procédure. Mais il semble que la France souhaite le conserver. Abdeslam serait alors transféré tous les jours de sa prison française vers Bruxelles."

Sven Mary, ancien avocat du dernier survivant du commando terroriste s’interrogeait ce mercredi au micro de nos confrères de la RTBF : "Il est accusé, il doit comparaître de manière concentrée à l’audience. Si vous devez tous les jours pendant dix mois partir à 5 heures du matin de votre cellule en France pour arriver à Bruxelles à 8h30, ça va être difficile. Je ne pense pas que cela soit faisable."

Si au bout de la procédure la Cour d’assises belge condamne le principal protagoniste à une peine de perpétuité, "il devrait purger en tout et pour tout près de 90 ans de prison, en commençant par la peine française", analyse Guillaume Lys. Il n’est donc pas impossible de ne jamais voir Salah Abdeslam mettre un orteil dans une prison belge pour exécuter ses peines rendues en Belgique.

Sur le même sujet
Plus d'actualité