Vague de chaleur en France: la Belgique se prépare au coup de chaud

Après l’Espagne, une vague de chaleur va faire suffoquer la France. Même si les météorologues ne prévoient pas de record, le thermomètre va fortement grimper chez nous aussi.

vague chaleur Espagne France Belgique température météo thermomètre IRM prévisions canicule réchauffement climatique
@BELGAIMAGE

On n’est même pas encore officiellement en été que déjà l’hémisphère nord étouffe. Dans le sud-ouest des Etats-Unis, les températures frôlent les 115 degrés Fahrenheit (environ 46°), comme à Phoenix. Dans la Death Valley, l’un des endroits les plus chauds sur Terre, un record de température vieux de 100 ans vient d’exploser : samedi la température a atteint 122 degrés Fahrenheit, soit 50°C.

De l’autre côté de l’Atlantique, une vague de chaleur asphyxie également l’Espagne, où le thermomètre pourrait grimper jusqu’à 43°. Cet épisode caniculaire, qui survient après le mois de mai le plus chaud depuis au moins 100 ans dans le pays, pourrait durer jusqu’à la fin de la semaine.

Positionnée au large du Portugal, une petite dépression va faire remonter de l’air subtropical sur la France, qui se prépare également à être frappée par la vague de chaleur. Le pic devrait être jeudi, vendredi et samedi, avec 35 à 38°C, voire 40°C localement, dans le sud de l’hexagone. À l’échelle nationale, cette vague de chaleur pourrait être la plus précoce depuis le début des mesures, selon Météo France.

35° en Belgique ce samedi?

"Quasi tous les modèles se rejoignent pour dire qu’on aura des températures élevées entre vendredi et samedi. On pourrait monter jusqu’à 35 degrés ce samedi, cela va ressembler à un gros coup de chaud sur notre pays mais pas à une vague de chaleur, comme c’est le cas en France. Les températures seront 10 degrés supérieures à la moyenne saisonnière", expliquait à la DH Pascal Mormal, climatologue à l’IRM.

Un gros coup de chaud en perspective, même si on ne pourra sans doute pas parler officiellement de vague de chaleur en Belgique. Pour cela, il faut en effet au moins cinq jours consécutifs à des températures qui atteignent ou dépassent les 25 degrés, ainsi que trois de ces jours à au moins 30 degrés. De même, les modèles ne prévoient pas que le record de 36,8° degrés en juin soit battu. Et le thermomètre devrait normalement redescendre à partir de dimanche.

Des extrêmes toujours plus fréquents

Il n’empêche que le mois de juin peut désormais être associé avec les vagues de de chaleur. Nous en avions connues en 2017 et en 2019. Sous l’influence du réchauffement climatique, ces phénomènes sont devenus plus fréquents en Belgique. Alors qu’on connaissait une vague de chaleur tous les quatre ans en moyenne, c’est maintenant le cas deux années sur trois.

Mais plus largement, "avoir 40 degrés en Espagne et en France à la mi-juin doit nous préoccuper, insistait Pascal Mormal. Ce qui se passe est en phase avec le réchauffement climatique, qui exacerbe la répétition de ces températures extrêmes. Quand on dit que les températures ont augmenté de 1 degré en moyenne ces 30 dernières années chez nous, cela signifie que les maximas peuvent être de plusieurs degrés, les extrêmes seront donc beaucoup plus extrêmes et réguliers que par le passé".

Sur le même sujet
Plus d'actualité