Les parcs d’attractions à nouveau prisés mais plus chers qu’avant

Les parcs d'attractions retrouvent une fréquentation similaire voire meilleure qu'en 2019. Par contre, il faut payer plus cher, voire beaucoup plus cher.

Montagnes russes à Walibi
Montagnes russes au Walibi de Wavre, le 2 octobre 2021 @BelgaImage

Après deux ans de Covid, les parcs d’attractions reprennent enfin des couleurs! Ils n’ont pas ouvert il y a si longtemps mais ils constatent déjà un retour encourageant de leurs visiteurs. Pour certains, les chiffres sont même meilleurs qu’en 2019, avant que l’épidémie ne vienne jouer les trouble-fête. Revers de la médaille: le ticket d’entrée est plus cher dans bien des cas comparé à il y a trois ans.

Une "belle fréquentation"

Pour Walibi, fortement touché par les inondations de juillet 2021, la reprise fait plaisir à voir. Déjà lors de réouverture en octobre, plus de 180.000 visiteurs s’y étaient rendus, un record. En 2022, la fréquentation "suit une tendance positive depuis le début de la saison en avril", nous informe le service de communication, ce qui vaut aussi pour Aqualibi d’ailleurs. "Cette belle fréquentation est donc une note très positive après deux années compliquées. Nous espérons continuer sur cette lancée pour le reste de la saison avec encore deux périodes très importantes: celle estivale et celle d’Halloween".

À Bellewaerde, les chiffres de la fréquentation sont "pratiquement similaires à ceux de 2019, même si cela dépend du temps". "Pour les prochains mois, normalement, ce devrait être également positif et proche d’il y a trois ans", nous indique le parc flamand qui affirme avoir bon espoir de pouvoir se retaper par rapport aux difficultés subies pendant la crise sanitaire. Du côté de Pairi Daiza, on nous fait savoir qu’il faudra encore attendre avant de voir une tendance se dégager sur les chiffres de 2022.

Pour Plopsaland De Panne, "le nombre de visiteurs est extrêmement bon", déclare le parc. "Il y a eu une forte augmentation du nombre de visiteurs par rapport à 2019", à la fois grâce à une saison anticipée, au beau temps et "à l’un des meilleurs week-ends de l’Ascension de ces dernières années". "Pour Plopsa Coo, nous avons un statu quo par rapport à 2019. Nous pensons donc que les gens ont vraiment besoin de sortir à nouveau et de partir en excursion avec leur famille et/ou leurs amis".

Les parcs d’attractions français retrouvent eux aussi le sourire, comme le fait savoir le Parisien. Le Puy du Fou assure avoir "une bonne fréquentation", tout comme les établissements de la Compagnie des Alpes (propriétaire du Parc Astérix et du Futuroscope) qui note "une croissance à deux chiffres dans presque tous nos parcs". Dans certains cas, les chiffres sont meilleurs qu’en 2019: +28% à la Mer de sable d’Ermenonville (Oise) courant avril, +35% au PAL en Auvergne pour son début de saison.

Une hausse de prix variable

Les clients sont donc nombreux à retrouver le chemin des parcs d’attractions et pourtant, ils doivent bien souvent payer plus cher pour y entrer. Le Nieuwsblad a fait les comptes en comparant le prix en 2019 et 2022. Parfois, l’augmentation est minime: +4€ pour une famille avec deux enfants à Walibi, soit une hausse de 3%. Ailleurs, la note est plus salée. À Pairi Daiza, c’est 18€ qu’il faut débourser en plus (soit +14% comparé à 2019). Explication du parc animalier: sa surface s’est agrandie, avec de nouveaux espaces à découvrir.

Mais le pire, c’est du côté flamand. Au Plopsaland de La Panne, il faut débourser 22€ en plus (+15%). Au Plopsa indoor d’Hasselt, l’augmentation est de 18% (14€ supplémentaires). Pour ces deux parcs, la cause de cette tendance est liée aux investissements faits dans les attractions, y compris pendant la crise sanitaire. Enfin, la palme de la plus grande hausse revient au Bobbejaanland avec 31,6€ à sortir en plus du porte-monnaie, soit +24%.

Sur le même sujet
Plus d'actualité