Agressions, intolérance, harcèlement: les chauffeurs de bus et de car dénoncent

Face aux comportements répréhensible d’une partie de la population, les chauffeurs de cars et bus appellent à une conférence sur la sécurité.

agressions des chauffeurs de bus
Illustration. (@Belga Image)

Sur nos routes, l’insécurité n’est pas toujours liée aux comportements des automobilistes. Elle est parfois liée aux transports en commun. Une situation que dénonce aujourd’hui la Fédération belge des exploitants d’Autobus et d’Autocars et des organisateurs de voyages (FBAA) dans une lettre ouverte, appelant à "une conférence sur la sécurité".

"Trop souvent, et de plus en plus, les employés travaillant dans le transport de passagers, mais aussi dans d’autres professions comme les pompiers, les services d’ambulance et la police, sont confrontés à l’intolérance et au manque de respect dans l’exercice de leurs fonctions sociales, ce qui se traduit par des écarts de conduite verbaux et physiques", écrit la FBAA.

"Les entrepreneurs et employeurs du secteur des autobus et autocars considèrent que c’est leur devoir d’ouvrir un débat plus large sur le problème social récurrent d’intimidation et de harcèlement, dont leurs employés sont victimes."

La fédération demande plus de contrôles, des actions de sensibilisation, mais aussi "des mesures de protection nécessaires", et appelle urgemment à "une sensibilisation plus large afin d’obtenir plus de respect pour les professions qui sont actives chaque jour pour que notre société reste sûre, dynamique et vivable".

Cet appel à une conférence sur la sécurité et également soutenue par différents partenaires sociaux, dont la CSC Services, la CSC Transcom, l’UBT et la CGSLB.

Le secteur des compagnies de bus et d’autocar belges représente 12.500 emplois en Belgique. Leurs véhicules transportent 10 millions de Belges chaque année.

Sur le même sujet
Plus d'actualité