Variole du singe: deux cas détectés en Belgique

Après le Royaume-Uni, l'Espagne, le Canada ou encore les Etats-Unis, deux cas du virus de la «variole du singe» ont été détectés sur le territoire belge. Les autorités se réuniront ce vendredi midi pour décider d'une approche nationale contre la propagation du virus.

Variole du singe: deux cas détectés en Belgique
© CDC

Un deuxième cas de contamination au virus de la variole du singe a été détecté en Belgique, a annoncé le virologue Marc Van Ranst sur Twitter. Il s’agit d’un homme du Brabant flamand. L’homme n’est pas gravement malade, a précisé M. Van Ranst. Son infection a été découverte parce qu’il avait des cloques caractéristiques sur les mains.

Un premier cas de cette maladie, peu fréquente et habituellement endémique d’Afrique de l’Ouest, avait été détecté jeudi soir à Anvers. Le nouveau cas a peut-être un lien avec ce premier patient: ils se trouvaient à la même fête. Toutefois, ce lien doit encore faire l’objet d’une étude plus approfondie. L’Institut de médecine tropicale a déclaré que, sur base des données actuelles, les risques de propagation du virus à la population générale semblaient faibles. " En tant que scientifiques et médecins, nous sommes sur nos gardes et suivons la situation de près" , a-t-il déclaré.

Les autorités se réuniront vendredi vers midi pour discuter d’une approche belge contre la propagation du virus, a indiqué l’Agence sanitaire flamande. Les symptômes de la variole du singe sont semblables à ceux de la grippe accompagnés d’une éruption cutanée sur le visage et d’autres parties du corps. Plusieurs infections ont été détectées ces derniers jours au Royaume-Uni, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Suède, au Canada et aux États-Unis.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) compte lui publier son premier rapport d’évaluation des risques " en début de semaine prochaine" , a indiqué l’agence de l’Union européenne chargée des maladies et des épidémies. L’agence, qui dit " suivre la situation de près" , recommande " d’isoler et de tester les cas suspects et de les notifier rapidement" .

Sur le même sujet
Plus d'actualité